Au cours d'une intervention dans l'Eure, des policiers de la BRI ont perquisitionné deux domiciles par erreur.
Le procureur de la République d'Évreux a été contraint de communiquer sur ces fautes.

L'erreur a été telle qu'elle a conduit le procureur de la République d'Évreux (Normandie) à s'exprimer publiquement. Auprès de l'AFP, Rémi Coutin est revenu sur la série de fautes commises par la brigade de recherche et d'intervention (BRI), lundi 8 avril. Alors qu'elle cherchait à interpeller des suspects, dans le cadre d'une enquête ouverte après une intrusion et des dégradations commises au sein d'une entreprise Lafarge dans l'Eure, les policiers de la BRI se sont introduits à la mauvaise adresse… à deux reprises. 

Le parquet "désolé, tout comme les policiers"

"Ce n'est pas le parquet qui est à l'origine de l'erreur, cela vient des policiers, vraisemblablement les ultimes vérifications sur l'adresse de l'une des cibles n'ont pas été menées. La personne qui devait être interpellée avait déménagé quelques semaines plus tôt dans une autre maison de la même rue", a souligné le procureur de la République tout en se disant "désolé, tout comme les policiers". 

La première femme interpellée par erreur à son domicile a eu l'occasion de témoigner à France 3 Normandie et pu raconter l'agressivité de la BRI à son égard. "J'étais à demi nue, les policiers ont tout de suite été très violents et agressifs, je leur ai demandé si au moins je pouvais m'habiller et là ça les a rendus dingues", a-t-elle raconté. "Je tremblais, je pleurais", a confié cette habitante, finalement autorisée à s'habiller avant d'être menottée selon son récit.

D'après le procureur, un deuxième domicile a donc été perquisitionné par erreur, l'appartement voisin de l'un des suspects réellement visés par les policiers. "La porte d'un appartement, a priori loué en Airbnb, voisin de celui d'une des personnes qui devait être interpellée, a été fracturée par la BRI", a-t-il détaillé. "Personne ne s'y trouvait et un mot a été laissé par les policiers" pour que le propriétaire "puisse être indemnisé", a précisé le procureur.

Au total, 17 personnes ont fini par être interpellées par la BRI.


C.Q avec AFP

Tout
TF1 Info