Après une nuit de heurts et de pillages, à Marseille, les commerçants ont massivement décidé de se barricader.
Les CRS, mais aussi le RAID et le GIGN, sont arrivés en renfort dans la cité phocéenne.

Manifestation interdite, transports en commun à l'arrêt, espace public dégagé : les autorités inquiètes de voir la violence se diffuser à Marseille ont renforcé significativement les forces de l'ordre ce samedi au lendemain d'une nuit marquée par des heurts et des pillages. Ces mesures ont été prises afin de limiter au maximum les déplacements dans une ville devenue vendredi soir l'épicentre des violences. 

Les quartiers nord touchés, c'est inédit

Plusieurs quartiers de la ville tentaient aussi de panser leurs plaies. Et, du côté des commerces, on a décidé de se barricader avec des planches. "C'est la dixième vitrine qu'on fait et on en a encore trois", avance un artisan. Du bois pour protéger les vitres ou remplacer celles déjà brisées. Comme dans ce magasin de vêtements où les émeutiers ont tout cassé avant de voler la marchandise et la caisse. "Il y a plus de 100.000 euros de préjudice. On ne comprend pas pourquoi", se lamente la gérante dans la vidéo en tête de cet article. 

Épargnée en début de semaine, Marseille a connu dans la nuit de vendredi à samedi un déchaînement de violence. Bilan : 31 policiers blessés et 95 personnes interpellées. Les échauffourées ne concernent plus seulement le centre-ville, elles s'étendent désormais aux quartiers nord où l'entrée d'un supermarché a notamment été forcée par une voiture bélier. Des affrontements dans ces quartiers sensibles, c'est inédit. Pour Rudy Manna, porte-parole du syndicat Alliance police nationale, "des trafiquants de stups qui ont des gros réseaux de vente tenaient plutôt ces secteurs-là". Et de préciser que "s'il y a des émeutes, il n'y a plus aucun acheteur qui va y aller".

De nombreux renforts sont actuellement déployés dans la cité phocéenne : 200 CRS, mais aussi les unités d'élite du RAID et du GIGN. Ils seront appuyés par deux véhicules blindés de la gendarmerie et un hélicoptère.


V. F Reportage TF1 : Julien Cressens, Paul Geli et Emmanuelle Binet

Tout
TF1 Info