Que s’est-il passé à Forbach (Moselle) ?
Une Allemande de 53 ans accuse son mari de l’avoir séquestrée et violée pendant des années.
Mais des éléments laissent les enquêteurs sceptiques.

Lundi matin, à Forbach (Moselle), les policiers entrent dans un immeuble à 6 heures ce matin et interpellent un homme au saut du lit. Ce ressortissant allemand est accusé par sa femme de l’avoir séquestrée, violée et torturée pendant douze ans. Dans la nuit, son épouse, 53 ans, a appelé à l’aide en composant le numéro de la police allemande, qui a transmis l’information aux autorités françaises.

Il a toujours dit qu'elle avait un cancer général. Elle criait de douleur
Une voisine du couple

À leur arrivée, les policiers la retrouvent sur son lit. Aucune trace de sang, aucune entrave. Elle a un téléphone à portée de main. Elle est aussitôt emmenée à l’hôpital. "Aucune fracture n'a été relevée par l'intermédiaire du scanner qui a été réalisé. Le corps de cette dame ne présentait pas d'ecchymoses évidentes et pas davantage d'escarres", a indiqué lundi Olivier Glady, procureur de la République de Sarreguemines.

  

Placé en garde à vue, son mari nie les sévices et présente une tout autre version. Sa femme serait atteinte d’un cancer, un état de santé dégradé dont il avait informé le voisinage. "Il a toujours dit qu'elle avait un cancer général. Elle criait de douleur", témoigne une habitante de l'immeuble. 

Le couple, discret, vivait en France depuis douze ans. En 2019, la police était déjà intervenue à leur domicile pour tapage, mais n’avait alors rien relevé de suspect. L’enquête a été confiée à la brigade criminelle de Metz, qui devra confronter les versions, la garde à vue du mari a été prolongée de 24 heures.


La rédaction de TF1 | Reportage Baptiste Guenais, Guillaume Gruber

Tout
TF1 Info