VIDÉO - "Son corps était rempli d'hématomes" : le calvaire d'un collégien battu et harcelé pendant une semaine

La rédaction de TF1info
Publié le 16 septembre 2022 à 10h02
JT Perso

Source : TF1 Info

Durant les cinq premiers jours de la rentrée, un collégien de 14 ans a été frappé par un autre élève, tous les jours à la récréation.
38 hématomes ont été relevés sur son corps. Ses parents ont porté plainte, et l'auteur a été expulsé.
Son père témoigne.

Il a vécu un calvaire. Pendant sa semaine de rentrée scolaire, du 5 au 9 septembre, un collégien de 14 ans d'un internat de Haute-Marne, a été frappé par un autre élève. Tous les jours, il recevait de nouveaux coups ou pincements. Ce n'est qu'à la fin de la semaine que ses parents ont découvert l'acharnement dont leur fils a été victime. 

"Il est rentré le vendredi soir chez sa maman", témoigne,  sur LCI, ce vendredi 16 septembre, le père de l'adolescent. "C'est au moment de se dévêtir pour prendre sa douche, qu'elle s'est aperçue que son corps était rempli d'hématomes", ajoute-t-il. "Ce sont des coups et pincements qui étaient assez importants", précise-t-il encore, alors que le médecin qui a examiné le jeune garçon, a relevé 38 hématomes sur son corps, particulièrement sur les bras et les jambes. 

"Chaque jour, les coups empiraient"

Le lundi d'après, le 12 septembre, les parents de l'adolescent, qui s'est vu prescrire trois jours d'Interruption temporaire de travail (ITT) ont porté plainte pour violences aggravées, suivies d'incapacité n'excédant pas huit jours, apprend-on auprès du Parisien. Le collège, a, lui, annoncé l'exclusion temporaire de huit jours de l'auteur, qui a reconnu les faits. Ce dernier, âgé de 12 ans, a un "parcours de vie particulier", étant issu d'une fratrie de six enfants, "dont les quatre encore mineurs sont placés par l'aide sociale à l'enfance", précise encore le quotidien.

Lire aussi

Devant les enquêteurs, la jeune victime a raconté que l'acharnement a commencé au premier jour de la rentrée, dans la cour de récréation, quand il a reçu un premier coup de poing dans la cuisse, détaille Le Parisien. "Chaque jour, les coups empiraient. C'étaient des coups de poing, de genou", précise l'adolescent dans le procès-verbal dressé par les gendarmes, que le quotidien a pu se procurer. La victime a été changée de collège, pour retrouver une scolarité normale. Si elle semble peu choquée par les événements, ceux-ci ont profondément ses parents. "On a quand même une grande tristesse, pour ne pas dire les larmes aux yeux", explique à LCI le père de l'adolescent à l'antenne de LCI.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info