VIDÉO - "Il voulait qu'elle meure" : la mort de Camille, un féminicide évitable ?

par F.R | Reportage Laura Dona
Publié le 4 février 2024 à 22h44

Source : TF1 Info

Le 27 août 2023, Camille, 50 ans, est retrouvée inanimée au pied des escaliers de la villa de son compagnon.
Ce dernier, dont le passé est marqué par des plaintes pour violences et viol, affirme qu'elle est tombée.
Dans "Sept à Huit", la famille de Camille explique son combat pour tenter de faire requalifier les faits en homicide volontaire.

"Ma sœur était quelqu'un d'extrêmement gentille, généreuse. Toujours dans le partage, toujours à l'écoute de l'autre (...) Quelqu'un de vraiment très bien." Le 27 août 2023, dans la villa située sur les bords de Marne de son compagnon, Camille, médecin de 50 ans, est découverte, nue et inanimée, au pied des escaliers. Quelques heures plus tard, elle est déclarée morte à l'hôpital où elle a été transportée. 

C'est Hakan C., 55 ans, le compagnon de la quinquagénaire, qui a prévenu les secours vers 8h30 du matin. La famille de Camille, elle, ne sera prévenue qu'à 11 heures. "Il nous dit qu'elle est tombée dans les escaliers. On arrive à 13 heures, 13h30 et il y a déjà eu la déclaration de mort suspecte donc on n'a même pas accès au corps (...) On n'a même pas l'opportunité de dire au revoir à notre sœur. C'est une violence ultime", confie les sœurs de Camille à Sept à Huit.

Un homicide involontaire ?

Les premières conclusions des experts excluent la cause accidentelle, et évoquent un cas de "violence par un tiers". Placé en garde à vue, Hakan C. maintient sa version des faits, assurant que Camille est tombée dans les escaliers. Il évoque toutefois une violente dispute dans la nuit, quand il aurait, selon lui, refusé un rapport sexuel à la médecin. "Elle a attrapé ma gorge avec une de ses mains. J'ai tenté de garder la distance en la plaquant contre le mur. Elle a lors mordu mon pouce. J'ai sûrement donné plusieurs coups, une dizaine de gifles. J'ai peut-être donné un coup de poing, je ne sais pas", se justifie-t-il devant les enquêteurs.

L'homme est finalement mis en examen, pour violences ayant donné mort sans avoir l'intention de la donner. La famille de Camille, elle, reste persuadée qu'Hakan C. a volontairement tué la médecin. Et que le drame aurait pu être évité : le passé de Hakan C. est marqué par des faits de violences conjugales et de viol.

Delphine a été la meilleure amie de Hakan C. pendant près de 30 ans. Il se sont rencontrés à la fin des années 1990, alors qu'il est encore étudiant en école de commerce. Elle décrit un personnage "extrêmement agréable, enjoué", qui "s'intéresse aux autres mais il ne peut s'empêcher de ramener à lui". Hakan C. se marie et a deux enfants avec son épouse. Un jour, il raconte à son amie Delphine que son épouse a porté plainte contre lui pour violences conjugales. Il nie les faits. "Quand il le veut, il est extrêmement convaincant (...) Je n'ai pas mis sa parole en doute", relate-t-elle.

En réalité, l'ex-épouse de Hakan C. avait déjà déposé deux mains courantes contre lui. En 2018, il est condamné à 6 mois de prison avec sursis et le couple divorce. 

Accusations de viol

C'est à cette époque qu'il rencontre Jennifer (le prénom a été modifié) dans un café. Au début de la relation, Hakan C. est "un prince charmant". Six mois après, le couple se marie et emménage dans la villa des bords de la Marne. Hakan C. se montre rapidement possessif. "Il m'avait retiré mon ancien portable pour m'en donner un nouveau où il avait accès à tout (...) Il m'avait autorisée à rester avec cinq amis", se souvient son ex-épouse.

En 2022, la situation dégénère. Hakan C. insulte, maltraite son épouse. Il a alors entamé une relation extraconjugale avec une connaissance de jeunesse, Camille. Jennifer les surprend au Réveillon 2022, et une violente dispute éclate entre les deux femmes. Le lendemain matin, Jennifer affirme que son mari lui a imposé une relation sexuelle. "Qu'est-ce que c'est beau de voir deux femmes se battre pour moi", lui aurait-il lancé.

Le 6 janvier 2023, Jennifer porte plainte pour viol sur conjoint. Le même jour, lors d'un appel téléphonique, enregistré par Jennifer, Hakan C. la menace. "J'appelle tous mes potes (...) ils ont des casiers judicaires énormes et tu as intérêt à faire attention à toi. C'est les pires. Ils feront peut-être rien mais ils feront peut-être la totale." L'avocate de Jennifer demande une ordonnance de protection, finalement rejetée par le juge qui estime que les menaces ont été proférées sous l'influence de l'alcool et alors qu'une relation extraconjugale vient d'être mise au jour. "Tu as pris une première grande, grande gifle par la juge. Je pense que c'est que le début de tes emmerdes avec la justice", explique Hakan C. à sa femme, dans un enregistrement datant du 21 février.

Au début de l'été 2023, Hakan C. a finalement interdiction de contacter son épouse mais obtient la jouissance du domicile, où, trois semaines avant sa mort, Camille s'installe. Selon la famille de cette dernière, son quotidien avec le quinquagénaire va vite se révéler comme conflictuel et violent. "Ma sœur nous dit qu'il l'étouffe, qu'il est excessif (...) On comprend qu'elle veut le quitter et elle nous dit qu'il est violent, qu'il l'a secouée et qu'il l'a déjà giflée", confie sa sœur.

Après la découverte de son corps, la police scientifique met au jour des indices révélateurs : des traces de sang nettoyées partout dans la maison. Hakan C. admet alors avoir nettoyé la villa avec de la javel, s'être changé, fait une lessive. L'avocat de la famille de Camille, Me Fabian Arakelian, est stupéfait que l'homicide volontaire n'ait pas été retenu. "Lorsque vous avez quelqu'un qui a à de nombreuses reprises asséné des coups sur une zone vitale du corps humain, il me semble que l'intention homicide est caractérisée. Et pour l'instant, ce n'est pas le cas. Vous avez une personne qui jette des éléments souillés de sang. Ça s'appelle a minima une modification de scène de crime", estime le conseil.

"Évidemment qu'il avait l'intention de la tuer. Il appelle le Samu à 8 heures du matin, il la laisse agoniser pendant 6 heures (...) Il voulait qu'elle meure", assure sa sœur. Pour l'heure, Hakan C. a été écroué. Il reste présumé innocent, tant pour les accusations de viols que pour le meurtre de Camille. En décembre, l'avocat de la famille de Camille a demandé une requalification en meurtre sur conjoint. Si la justice retient cette demande, Hakan C. risque la perpétuité.


F.R | Reportage Laura Dona

Tout
TF1 Info