Le 13H

"Scandaleux" : vive polémique dans le Var face à l'incendie déclenché par un tir militaire

TF1 | Linda Huré, Vincent Capus
Publié le 21 juin 2022 à 15h47, mis à jour le 22 juin 2022 à 12h58
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L'incendie déclenché ce week-end par un tir d'entrainement dans le camp militaire varois de Canjuers n'est toujours pas maîtrisé ce mardi.
Lundi soir, des pompiers en lutte contre les flammes ont été blessés à cause de l’explosion d’un obus.
"Inadmissible" pour les habitants du village le plus proche.

Au quatrième jour de l’incendie, le feu n’est toujours pas maîtrisé. Ce mardi, à Canjuers, il reste encore des fumées, des lisières qu’il faut traiter à l’intérieur du camp militaire où un tir d'artillerie a causé samedi le départ des flammes. À quelques kilomètres de là, dans le village le plus proche, Aiguines, le feu inquiète ce matin. Mais c'est surtout son origine, ces tirs d’artillerie menés en pleine canicule, qui font réagir les habitants.

"On demande aux gens de ne pas allumer de barbecue, de ne pas jeter de mégot de cigarette, de faire très attention, et eux, ils tirent des obus, des trucs invraisemblables", s'offusque un homme assis sur un banc." "Là on est en canicule, des massifs sont interdits de promenade... Un jour où il y a du vent, ils tirent un obus et ils foutent le feu partout, et ça dure trois jours, c'est scandaleux", ajoute un autre. Sur place, difficile de trouver quelqu'un  qui prenne la défense des militaires. "Ce que je trouve révoltant, c'est qu'ils tirent alors que nous, on est en alerte sécheresse depuis bien un mois. C'est vraiment inadmissible", lâche une autre habitante.

"On leur avait dit que la zone était sécurisée"

Depuis trois jours, plus de 1000 hectares de végétation sont partis en fumée dans le camp. Lundi après-midi, une reprise virulente du feu s'est opérée sur les crêtes. Les pompiers travaillent sur un terrain difficile, inaccessible pour les engins et pollués par des obus. Lundi soir, l’un d'eux a justement explosé. Un pompier a été légèrement blessé et dix-huit de ses collègues choqués. De quoi alimenter la colère des habitants d'Aiguines. "Ça a explosé à 200 mètres devant, un obus, alors qu'on leur avait dit que la zone était sécurisée. Ça peut encore arriver, ils mettent leur vie en danger pour quelque chose d'incompréhensible". "Tant qu'il y a malheureusement des incendies de feu de forêt, ils ne sont pas là pour assurer le sanitaire, () c'est dramatique", souligne un autre.

Ce mardi encore, 320 pompiers sont mobilisés sur place. Objectif : tenter d’éteindre le feu, et surtout le contenir à l’intérieur du camp pour éviter qu’il n’atteigne les milliers d’hectares du Parc régional du Verdon.


TF1 | Linda Huré, Vincent Capus

Tout
TF1 Info