Sécheresse : 2022, une année historique

"Je n'ai plus aucun champ pour mes bêtes" : vive colère des habitants suite aux incendies dans le Morbihan

TF1 | Reportage David. De Araujo, B. Sid Ahmed, G. Parrot.
Publié le 8 août 2022 à 11h58
JT Perso

Source : JT 20h WE

Sur un sol très sec et attisés par le vent, les feux ont été virulents, durant ce week-end du 6 et 7 août, dans le Morbihan (Bretagne).
La vision des flammes et leurs dégâts ont suscité une vive colère chez les habitants et les touristes.
Le JT de TF1 est allé à leur rencontre. Tous craignent une reprise des incendies.

La Pinède laisse encore échapper d'épaisses fumées. Dans un quartier d'Erdeven (Morbihan), il s'en est fallu de peu. À peine quelques mètres qui auraient pu tout changer. Myriam Le Tallec, une habitante, vient de retrouver sa maison après une nuit d'angoisse. Rien que sur la journée de samedi 6 août, les pompiers ont dénombré par moins de 31 départs de feu simultanés. Elle pensait avoir vécu le plus dur, mais pour elle et son mari Philippe, l'épreuve débute tout juste.

Des terrains toujours sous haute surveillance

Chaque fumerolle, chaque flammèche peut encore s'embraser. Alors, avec des moyens rudimentaires, Philippe et ses proches viennent au secours de son bien le plus cher, sa maison de famille. "Cela fait 40 ans que j'y habite, un endroit idyllique. Vous voyez le résultat ? Et ce n'est pas fini, se désole Philippe. J'ai été obligé de veiller toute la nuit et toute la semaine, parce que ça couve." Plusieurs parcelles de terrain, dont les sols sont encore incandescents, sont sous haute surveillance ce dimanche soir.

Lire aussi

Dans les communes touchées, les habitants reviennent peu à peu. En passant à travers les champs calcinés de Locoal-Mendon (Morbihan), nous rencontrons Hubert Audic, agriculteur et éleveur bovins. Ce dernier est abattu, impuissant : "Tout est brûlé ou en partie. Il  va falloir que je resème mes pâtures. Tout est à refaire." Il a dû choisir entre protéger sa maison et son exploitation. Ses 50 bêtes n'ont plus de quoi se nourrir. "Je vais arrêter ma production, je n'ai plus aucun champ pour mes bêtes", poursuit-il.

Tous dormiront chez eux cette nuit avec la crainte qu'un coup de vent ne ravive les flammes.


TF1 | Reportage David. De Araujo, B. Sid Ahmed, G. Parrot.

Tout
TF1 Info