Une femme de 44 ans a été condamnée à 25 ans de réclusion ce jeudi au procès de l'incendie de la rue Erlanger.
Une peine justifiée par le président de la cour d'assises de Paris en raison de "l'extrême gravité des faits" et du caractère "volontaire" de celui-ci.
Ce drame avait provoqué la mort de dix personnes et blessés des dizaines d'autres en 2019.

La cour d'assises de Paris a condamné jeudi à 25 ans de réclusion criminelle Essia Boularès, 44 ans, pour avoir provoqué l'incendie d'un immeuble de la rue Erlanger, en février 2019, provoquant la mort de dix personnes et en blessant des dizaines d'autres.

Au terme de plus de six heures de délibéré, le président de la cour Franck Zientara a justifié cette peine par "l'extrême gravité des faits", évoquant des actes "pas déconnectés de la réalité", avec un départ de feu "volontaire", "en pleine nuit", motivé par "la colère et le ressentiment".

Le discernement d'Essia Boularès "altéré" au moment des faits

Cette peine est assortie d'une sûreté des deux tiers, ainsi qu'un suivi socio-judiciaire pendant 15 ans avec une "injonction de soins". Si les jurés ont estimé que le "discernement" d'Essia Boularès était bien "altéré" au moment des faits, comme l'ont conclu deux expertises psychiatriques, ils ont "écarté le bénéfice de la réduction de peine" permise dans ce cas par le code pénal.

Essia Boularès a déclaré ce jeudi matin vouloir "dire pardon pour tout, pardon pour tout", avant de fondre en larmes dans le box.

La veille, l'avocat général avait requis une peine de 27 années de réclusion criminelle, assortie de 18 ans de sûreté. Il avait également enjoins la cour à écarter une réduction de peine, "au regard de la gravité extrême de la tragédie" provoquée par une "action volontaire, vengeresse et disproportionnée".


E.R. avec AFP

Tout
TF1 Info