La Gironde ravagée par des incendies

Incendie en Gironde : mobilisation générale face à un "spectacle qui prend aux tripes"

TF1 | Reportage J. Cressens, G. Mathé, B. Poizeul
Publié le 12 août 2022 à 13h30, mis à jour le 12 août 2022 à 13h35
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le feu qui a repris mardi en Gironde a brûlé plus de 7400 hectares ce vendredi.
Un bilan désastreux pour les enfants du pays qui se mobilisent aux côtés des pompiers.
Tous ceux qui disposent d'une citerne se retrouvent sur des sites cernés par les flammes.

En Gironde, l’eau ne provient pas seulement des camions de pompiers, mais bien des citernes de particuliers. Et pour cause, 7400 hectares sont partis en fumée en l’espace de quelques jours. Dans la région, les habitants font face à un spectacle apocalyptique. La forêt est décimée par les flammes. Mais ces enfants du pays ne veulent pas baisser les bras. Le long d’un chemin, c'est un ballet incessant de citernes qui se prépare, jusqu'à 30 véhicules dans l’après-midi de jeudi. À bord, des Girondins, des Landais, venus pour tenter de sauver leur forêt.

Théo n'a pas hésité à faire deux heures de route depuis le Lot-et-Garonne pour prêter mains fortes aux pompiers. "Je suis parti vers 7h de chez moi, je n'ai pas réfléchi, la veille j'ai préparé le tracteur et le lendemain je suis parti, sans hésitation, pour être solidaire", explique-t-il, dans le reportage TF1 en tête d’article.

Entre tristesse et détermination

"Nous, on y est nés. Forcément, on a toujours vécu avec. Mais on l'a toujours vu la forêt, puisqu'elle y était avant que, nous, on y arrive", précise l'un des habitants. "Ça fait mal au ventre, c'est un spectacle horrible. Ça prend aux tripes" ajoute-t-il. Mathieu est lui arrivé dans la région en 2015. Il vient soutenir ses amis landais dans cette épreuve. "Ceux qui sont nés ici et qui voient ça, on peut ressentir leur tristesse." Leurs familles travaillent dans la forêt depuis des générations. Chaque arbre brûlé est un morceau de leur histoire qui part en fumée. "Voir partir des pins qui ont 40, 50 ans, oui, ça fait mal au cœur." Tristes mais déterminés, ils se disent prêts à continuer le combat contre les flammes jours et nuits pour venir en aide aux pompiers.

Lire aussi

Sur les réseaux sociaux aussi, la résistance se poursuit. Des groupes d’entraide sont créés depuis les premiers incendies qui ont touché la région au mois de juillet dernier. Par exemple sur Facebook, sur l’un de ces groupes rassemblant plus de 35.000 personnes, on peut lire des messages du type : "Dispo avec 4x4 porte engin 3 cuves de 1000l et moto pompe raccords pompiers en 70", écrit par exemple un internaute des Hautes-Pyrénées. 


TF1 | Reportage J. Cressens, G. Mathé, B. Poizeul

Tout
TF1 Info