Victime d'une cyberattaque, de nombreux services de la mairie de Lille sont paralysés depuis mercredi.
Avant la cité nordiste, Marseille, Caen et plusieurs hôpitaux ont été ciblés.
Certains ont mis des mois avant de retrouver un fonctionnement normal.

L'entrée est gratuite dans le zoo, les piscines ou les musées de Lille. En effet, il n'y a plus de billetterie en ligne à cause d'une cyberattaque massive dans la nuit de mardi. L'accès à la plateforme téléphonique de la Ville a en revanche été arrêté en raison des mesures de sécurité, mais il devrait être rétabli dans la journée de jeudi.

Pour les employés, c'est inédit. "On a ressorti les stylos et les feuilles", plaisante une employée municipale à notre micro. Cependant, la plupart des services municipaux comme celui de l'état-civil continuent d'accueillir du public.

Que s'est-il passé ?

L'attaque s'est produite mardi 28 février vers 23H30. Selon Damien Bancal, expert en cybersécurité, fondateur du site "Zataz.com", l'hypothèse du ransomware, une forme de prise d'otages informatique, est à privilégier. "Les pirates informatiques disent, 'on vous prend en otage, on vous bloque tout. Maintenant, vous payez'", nous explique l'expert. 

Une enquête menée par la police judiciaire de Lille le déterminera prochainement. La mairie, qui a déposé plainte, dit avoir tout de suite réagi et verrouillé son système informatique. Les données auraient été préservées. "Nous nous étions placés dans une situation comme celle-là. Nous avions regardé la situation de la ville de Caen qui a été attaquée il y a peu", affirme Audrey Likenheld, première adjointe PS à la mairie de Lille.

En effet, avant Lille, la ville de Caen était aussi victime d'une cyberattaque en septembre 2022. Et la mairie ne s'en est toujours pas complètement remise. Il a fallu attendre trois pour remettre en service les services en ligne de l'état-civil. Aujourd'hui, il n'est toujours pas possible de payer la cantine scolaire à distance. Le retour à la normale prévu à la fin du mois de mai aura coûté près de 300.000 euros. "Avant de relancer telle ou telle application, il faut bien la sécuriser avec des nouveaux dispositifs de sécurité, c'est ça qui prend du temps", affirme le maire LR de Caen, Joël Bruneau, dans la vidéo en tête de cet article. Pour prévenir de nouvelles attaques, la mairie a dû investir plus de 500.000 euros dans la sécurité informatique de la ville.


AL | Reportage TF1 : Anaïs Lebranchu, Zack Ajili, Antoine Santos et Max Ragazzi

Tout
TF1 Info