VIDÉO - "J'enlève ma kippa par peur" : une recrudescence inquiétante des actes antisémites

par La rédaction de TF1 | Reportage Florence de Juvigny, Pascal Marcellin
Publié le 1 novembre 2023 à 9h57

Source : JT 20h Semaine

Des dizaines d'étoiles de David ont été taguées sur des immeubles, dans plusieurs villes françaises.
Elles illustrent la montée fulgurante des actes antisémite depuis le début de la guerre entre l'Israël et le Hamas.
Une équipe du 20H de TF1 a recueilli les témoignages de la communauté juive qui ne se sent plus en sécurité.

L'image est glaçante. Une soixantaine d'étoiles de David, symbole de la religion juive, ont été marquées à la va-vite, en une nuit, sur des immeubles, des maisons et une banque, partout, sur toutes les façades d'un quartier à Paris. "C'est dégoûtant, c'est affreux, horrible, il n'y a pas de mot", s'indigne un passant. Une riveraine n'en revient ps non plus : "C'est un choc, c'est juste à côté de chez nous, on se dit que ce n'est pas possible que cela arrive."

Une enquête ouverte

Pour une concierge, c'est un rappel de la persécution des Juifs, pendant la Seconde Guerre mondiale. "Je ne suis pas Juive mais je suis touchée", confie-t-elle dans la vidéo en tête de cet article.  Je suis sidérée que l'on puisse faire ça. "Je ne sais pas qui fait ça, ni pourquoi, ni pour qui, ni même ce que ça défend", réagit une habitante. 

Une enquête a été ouverte, comme à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), Saint-Ouen ou à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis. Depuis l'attaque du 7 octobre en Israël, les messages antisémites se multiplient aussi sur Internet, avec plus de 6000 signalements. Des agressions, des croix gammées et des insultes qui effraient. "On a peur d'aller à nos lieux de prière, peur d'aller à la synagogue, même de se rendre dans nos supermarchés qui vendent de la nourriture casher. C'est vrai qu'on a un sentiment d'insécurité", livre une jeune femme. 

Un homme, de même confession, a trop peur de parler à visage découvert à l'équipe de TF1. En deux semaines, il s'est fait insulter à de nombreuses reprises. "J'enlève ma kippa au quotidien par peur", confie-t-il. Plus de 400 auteurs d'actes antisémites ont été interpellés. Pour les graffitis, ils risquent 30.000 euros d'amendes et jusqu'à quatre ans de prison.


La rédaction de TF1 | Reportage Florence de Juvigny, Pascal Marcellin

Tout
TF1 Info