Dans une conférence de presse ce jeudi 25 avril, le procureur de la République de Mont-de-Marsan a révélé que Kendji Girac s'est disputée la nuit de l'accident avec sa compagne, qui l'a menacé de le quitter.
Pris de "panique", le chanteur a voulu "simuler un suicide" pour que sa compagne "ne parte pas".
Un geste qu'il "regrette fortement".

Trois jours après que Kendji Girac a été blessé par balle dans les Landes, le procureur de la République de Mont-de-Marsan Olivier Janson s'est longuement exprimé ce jeudi 25 avril. Au fil d'une conférence de presse de plus de 1h30, le magistrat a refermé une à une les hypothèses, comme par exemple l'intervention d'un tiers. Une expertise a permis de déterminer que l'hypothèse d'un tir effectué par une tierce personne "n'est pas compatible" avec la disposition des lieux, a déclaré le procureur. Et la thèse d'un accident, soutenue par Kendji Girac au départ de l'affaire, a été jugée "impossible" après expertise balistique de l'arme utilisée, dont toutes les sûretés sont "opérationnelles", a-t-il ajouté.

Le procureur a finalement expliqué que Kendji Girac a raconté aux enquêteurs avoir voulu pour faire peur à sa compagne qui menaçait de le quitter après une dispute Le chanteur "a eu très peur quand il l'a entendue parler de départ, il a eu un moment de panique et a voulu à son tour lui faire peur. En quelque sorte il a simulé un suicide", a déclaré le magistrat en conférence de presse.

"Ce n'est pas moi"

Par ailleurs, selon le procureur, il avait un taux d'alcool de 2,5 grammes par litres de sang et il avait consommé des stupéfiants. "La présence de métabolite permet de confirmer la consommation de cocaïne", indique-t-il. Kendji Girac a confirmé ces informations, tout en exprimant des regrets. "C'était les vacances, j'ai tout lâché, je n'aurais pas dû boire autant lors d'un premier repas", a-t-il déclaré aux enquêteurs. Il a par ailleurs assuré avoir consommé "deux petites traces de cocaïne à son retour du casino".

Kendji Girac a déclaré aux enquêteurs "assumer ce qu'il a fait, tout en le regrettant fortement". "Ce n'est pas moi", aurait-il dit.

Il s'est aussi excusé des "mensonges" que contenait sa première version. Il s'est justifié en se disant "sous le choc de l'adrénaline", mais aussi que le suicide était un "tabou" dans la communauté des gens du voyage. "Je lui ai dit que ces explications lui appartenaient et que le travail judiciaire s'arrêtait, qu'il lui appartenait à lui et sa compagne de trouver les ressources" pour surmonter ce drame, a fait valoir le procureur. 

Olivier Janson a laissé entendre qu'il allait classer le volet de l'enquête ouvert pour "tentative d'homicide". "Sauf élément nouveau, cette procédure devrait se terminer par un classement", a-t-il dit, tandis que d'autres investigations seront poursuivies pour "savoir d'où provient cette arme".


Emma FORTON

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info