La colère des Gilets jaunes

VIDÉO - "Je n'ai jamais subi un tel défoulement" : l'un des policiers caillassés à Lyon témoigne

La rédaction de LCI
Publié le 17 février 2019 à 18h38, mis à jour le 17 février 2019 à 19h20
JT Perso

Source : Sujet JT LCI

GILETS JAUNES - L'un des policiers présent à bord du fourgon caillassé samedi à Lyon alors qu'il était bloqué dans des embouteillages a témoigné de cette agression au micro de LCI. Il dit d'avoir "jamais subi un tel défoulement vis-à-vis des forces de l'ordre".

"Je n'avais subi un tel défoulement." Au lendemain de l'attaque d'un fourgon d'un police à Lyon, le brigadier qui se trouvait à l'intérieur du véhicule et a filmé la scène a témoigné auprès de LCI de cette agression ultra-violente. 

"On s'est retrouvés coincés dans les embouteillages. Les manifestants bloquent alors l'autoroute, et avancent en notre direction", raconte-t-il. "Ça commence quand ils voient le fourgon de police, tout de suite j'entends : 'Il y a des keufs'. Là je comprends qu'on va être l'objet d'un défoulement, qu'on va recevoir des pavés. Je dis à ma collègue : 'Tu t'arrêtes pas, tu conduis.'" Les deux fonctionnaires attaqués appartiennent à la CRS 45, une unité mixte de maintien de l'ordre et de sécurité routière basée à Genas dans l'agglomération lyonnaise. 

"Ma collègue va bien, elle a été choquée"

Celui qui est policier depuis de nombreuses années a-t-il eu peur ? "Oui, j'ai ressenti de la peur mais je savais qu'on était protégé par le fourgon et qu'on pouvait s'extirper tant bien que mal. Moi ça va, je peux gérer, avec mes nombreuses années d'expérience j'ai un recul sur la situation. Mais je n'avais jamais subi un tel défoulement vis-à-vis des forces de l'ordre, de l'institution police", a-t-il concédé. "Ma collègue va bien, elle a été choquée, elle a été débriefée. Elle a repris le travail. Je lui ai dit que de toute façon il fallait sortir de là, c'est normal de pleurer."

DOCUMENT LCI - Un véhicule de police pris dans les bouchons violemment caillassé à LyonSource : Sujet TF1 Info
JT Perso

Avec quelques heures de recul, ce brigadier ne comprend pas pourquoi il a été pris pour cible. "On est rentré dans la police pour servir la population, pas pour être pris à partie comme ça, gratuitement." Il l'assure : sa vidéo n'avait pas pour but de se retrouver sur Internet. "J'ai pris l'initiative de filmer pour que la vidéo soit expertisée ultérieurement par les services compétents. Je ne l'ai pas réalisé pour qu'elle soit diffusée."


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info