Le WE

VIDÉO - "Méga feu" dans les Cévennes : comment les pompiers ont repris le contrôle de l'incendie

V. Fauroux - Reportage vidéo : Noé Gandillot et les équipes de TF1 dans le Gard
Publié le 9 juillet 2022 à 20h00
JT Perso

Source : JT 20h WE

L'incendie qui a ravagé 650 hectares depuis le 7 juillet dans les Cévennes "ne peut plus progresser", mais il reste placé sous haute surveillance.
Dans le Gard, les habitants de Bessèges sont persuadés que leur village doit son salut grâce à l'intervention de quatre pompiers qui ont allumé ce qu’on appelle un "contre-feu".

Après une journée marquée par une seule reprise de feu, l'incendie qui a ravagé 650 hectares depuis jeudi dans les Cévennes "ne peut plus progresser".  Toutefois, un dispositif allégé demeure pour la nuit de samedi à dimanche. Pour arriver à ce résultat, les pompiers ont travaillé d'arrache-pied, multipliant les manœuvres sensibles. Comme cette grande citerne d’eau accrochée à un hélicoptère. Les pompiers doivent la déposer au milieu d’une zone particulièrement difficile d’accès. Ils en ont un besoin pressant pour poursuivre leur lutte. 

Un travail minutieux. "Ça glisse, c'est très pentu, il faut y aller doucement, mais sûrement", dit un pompier gardois dans la vidéo du JT de 20H en tête de cet article. Désormais, l’urgence est d'arroser la lisière, c’est-à-dire la limite entre la partie qui vient d'être brûlée et celle encore intacte. Au moindre coup de vent, les braises menacent de rallumer le feu. "Une fois que les lisières sont traitées, on passe avec des caméras thermiques pour vérifier que vraiment ce soit parfait", estime un autre soldat du feu. 

Une approche méthodique

Jusqu’ici, un matériel de pointe et une approche méthodique a permis d’éviter que le feu n'atteigne les habitations. A certains endroits, cela s’est joué à quelques mètres seulement. Parmi les techniques qui ont particulièrement bien fonctionné : il y a le “contre-feu”. Voici son principe : face aux flammes qui s’approchent d’un village, les pompiers délimitent un périmètre à l’intérieur duquel, ils allument délibérément un autre feu.

TF1

Derrière cette zone, des équipes avec des lances à incendie, s’assurent que les flammes ne se dirigent pas vers les habitations. L’incendie allumé par les pompiers va aller à la rencontre de l’autre feu. Faute de combustible, l’ensemble va s'éteindre progressivement. 

TF1

Solidarité et bonne communication

C'est cette technique que les pompiers ont utilisée pour protéger les habitants de Bessèges dans la nuit de jeudi à vendredi. "On recherche des moments où la température est un peu plus basse donc parfois c'est plus propice à la tombée de la nuit. En l'occurrence, au moment de l'incendie, on arrivait en soirée donc on avait des conditions qui permettaient de mettre en œuvre des feux tactiques", explique le commandant Jérôme Jallet. 

L'autre atout des pompiers, c'est leur solidarité. Très vite, les 500 combattants du feu du Gard ont été aidés par leurs collègues des départements voisins, mais aussi de régions beaucoup plus lointaines comme l'Occitanie et même l'Alsace. Eux aussi sont désormais formés à la lutte contre les incendies. En tout, 600 hommes venus de toute la France. "C'est vrai que si on n'avait pas eu ces moyens-là de suite, le feu aurait certainement créé d'autres dégâts", assure le lieutenant colonel Nicolas Coste

Lire aussi

Enfin, la communication a bien fonctionné entre les pompiers et la population qui a respecté les consignes, en l'occurrence rester chez soi et ne pas céder à la panique. 


V. Fauroux - Reportage vidéo : Noé Gandillot et les équipes de TF1 dans le Gard

Tout
TF1 Info