La mère du jeune Nahel, tué mardi par un policier lors d'un contrôle routier à Nanterre, a pris la parole ce jeudi dans une interview diffusée sur France 5.
Elle assure ne pas en vouloir à "la police" dans son ensemble mais "à une personne : celui qui a enlevé la vie de (son) fils".
"Il avait pas à tuer mon fils, il y avait d'autres manières de faire", souligne-t-elle.

"Je n'en veux pas à la police, j'en veux à une personne : celui qui a enlevé la vie de mon fils." Pour sa première longue prise de parole depuis la mort de son fils, Mounia M., la mère du jeune Nahel, tué par un policier lors d'un contrôle routier mardi matin à Nanterre, a assuré ce jeudi ne pas en vouloir à l'ensemble de l'institution mais seulement à l'agent qui a été mis en examen pour "homicide volontaire" et placé en détention provisoire.

"J'ai des amis policiers, ils sont de tout cœur avec moi (...). Ils ne sont pas d'accord avec ce qu'il a fait", a-t-elle poursuivi dans une interview diffusée dans l'émission "C à vous" sur France 5 et enregistrée dans la matinée, avant la marche blanche qui s'est tenue en hommage à son fils unique.

"Ça va durer combien de temps ?"

"Il avait pas à tuer mon fils, il y avait d'autres manières de faire. Une balle ? Si près de son torse ? Non, je ne peux pas imaginer ça (...). Il y a d'autres moyens de les faire sortir (du véhicule, ndlr). Tuer des petits comme ça... Ça va durer combien de temps ? Encore combien d'enfants vont partir ?", s'interroge-t-elle, estimant que le policier "a vu une tête d'un Arabe, d'un petit gamin" et "a voulu lui ôter la vie".

Alors que des tensions ont éclaté un peu partout en France depuis la mort de Nahel, Mounia M. a également dit espérer que la justice "soit vraiment ferme" contre le policier mis en cause. "Pas six mois et après il est dehors", a-t-elle souligné.


AD

Tout
TF1 Info