Mutualiser les patrouilles de police : la solution des petites communes pour moins dépenser

par S.J | Reportage Sébastien Hembert, Pauline Dumortier, Thierry Chartier
Publié le 3 février 2023 à 11h00

Source : JT 20h Semaine

Comment faire des économies sans dégrader les services rendus aux habitants ?
En matière de sécurité, plusieurs d’entre elles ont décidé de mettre en commun leurs effectifs de Police municipale.

Nous sommes à Toufflers, une petite commune de 4 000 habitants, dans le Nord. Contrairement aux apparences, il n'y a pas de police municipale ici. Les policiers qui interviennent sont situés à Hem, la ville voisine avec 20 000 habitants. Il s'agit d'une police mutualisée.

Une présence notamment pour lutter contre l'insécurité

Si les policiers dépendent de Hem, ils peuvent intervenir dans les quatre communes voisines. Pour cela, il faut l'accord du procureur, du préfet et une convention signée entre les maires. Le premier avantage pour les maires des petites communes, c'est que la mairie paie un demi-policier par an, à peu près 30 000 euros. Et les policiers interviennent en fonction des besoins, autant que nécessaire. 

C'est d'ailleurs le deuxième avantage, comme ici en Loire-Atlantique, en zone gendarmerie. Les gendarmes ont un territoire très vaste à couvrir. Voilà pourquoi un policier municipal partage son temps entre deux communes. Le système a été mis en place le 1er janvier dernier, notamment pour les questions liées au littoral, mais aussi pour lutter contre l'insécurité.

Le budget global de la police municipale est d'un million d'euros. La moitié est payée par Hem, l'autre moitié par les quatre communes voisines. L'objectif, dans les quelques années à venir, est d'avoir une police municipale 24 heures sur 24 et sept jours sur sept.


S.J | Reportage Sébastien Hembert, Pauline Dumortier, Thierry Chartier

Tout
TF1 Info