VIDÉO - Pantin : des policiers caillassés en marge d'un clip de rap, trois interpellations

Publié le 26 janvier 2021 à 18h43
VIDÉO - Pantin : des policiers caillassés en marge d'un clip de rap, trois interpellations

Source : Capture d’écran Twitter

FAIT DIVERS – Depuis 48 heures, des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent l'agression de fonctionnaires dimanche lors de leur passage dans la commune de Seine-Saint-Denis.

Des objets jetés sur la voiture, un caillassage très violent, un véhicule de fonction endommagé… Si aucun des policiers n'a été blessé dimanche à Pantin, c'est une chance. Car les images qui ont été tournées dans une rue de cette commune de Seine-Saint-Denis ce jour-là témoignent de la violence de l'agression perpétrée à l'égard des forces de l'ordre et laissent entrevoir les conséquences dramatiques qu'elle aurait pu avoir. 

Selon nos informations, ce 24 janvier vers 15h40 dans la cité des Courtillières une patrouille de police a été prise à partie lors d’un contrôle d’un véhicule par plusieurs individus qui participaient au tournage d’un clip de rap. Les policiers ont riposté en faisant usage de gaz lacrymogène en attendant des renforts. À l'arrivée de ces derniers, quatre individus ont été interpellés et placés en garde à vue. 

"On s'est vu mourir"

Dans les colonnes du Parisien ce mardi, un des quatre policiers  qui était présent relate les événements. "On s'est vu mourir", déclare ce fonctionnaire de 32 ans à nos confrères comparant la situation à des individus enfermés "comme dans une cage, entourés de lions qui nous tournaient autour". Lui et ses trois collègues présents ont porté plainte. 

Le policier explique ainsi avoir entendu des insultes, vu divers projectiles, pavés, bloc de bétons, bouteilles- arriver dans leur direction, puis avoir distingué ces menaces : " Tuez-les, tuez-les, ces bandes de chiens !" (menaces que l'on entend d'ailleurs dans les vidéos).

Le fonctionnaire et ses collègues parviendront finalement à s'extirper du guêpier dans leur véhicule endommagé. Plusieurs suspects ont été arrêtés peu après les faits et placés en garde à vue. 

"Deux majeurs âgés de 20 et 21 ans ont été jugés en comparution immédiate du chef de 'violence sur personnes dépositaires de l'autorité publique avec arme', a indiqué à LCI le parquet de Bobigny ce mardi en fin d'après midi. Ils ont été condamnés à 10 mois d'emprisonnement avec mandat de dépôt et 15 mois d'emprisonnement avec mandat de dépôt. Le mineur interpellé âgé de 16 ans est actuellement déféré devant le juge des enfants des chefs de violence sur personne dépositaire de l'autorité publique avec arme et dégradation de bien public". 

Les investigations se poursuivent.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info