Le 13H

"J'étais dans le rouge" : plus de 300 intérimaires d'Adecco victimes de prélèvements frauduleux

Léa Tintillier | Reportage TF1 Thierry Coiffier, Emma Vinzent, Patrick Delannes
Publié le 11 novembre 2022 à 18h05
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Plusieurs centaines d'intérimaires d'Adecco se sont fait voler près de 50 euros chacun sur leur compte bancaire.
Deux victimes de ces prélèvements frauduleux et un expert témoignent auprès de TF1.

En regardant son compte bancaire ce jeudi, Sarah-Ophélie Roffet a eu une mauvaise surprise. "J'ai vu que j'étais dans le rouge, sauf que ce n'était pas normal. J'ai regardé sur mon compte bancaire et j'ai vu le fameux Solfex qui m'avait pris 50 euros", explique-t-elle. Cette somme a été prélevée par une société inconnue. Très vite, elle s'aperçoit qu'elle n'est pas la seule dans ce cas. "Sur Internet, j'ai vu que ce n'était que les intérimaires d'Adecco", poursuit Sarah-Ophélie. 

Sur les réseaux sociaux, plus de 300 victimes se sont déjà manifestées, et elles ont en effet un point commun : avoir à un moment travaillé pour la société d'intérim Adecco. Dans un communiqué, le groupe indique avoir "immédiatement diligenté une enquête interne" pour "comprendre l'origine de cette situation", mais assure qu'"à ce jour, aucun lien n'a été établi entre ces prélèvements frauduleux effectués par une société tierce et les missions" de ses intérimaires. "Nous tenons à rappeler qu'Adecco n'opère jamais aucun prélèvement sur le compte bancaire", poursuit-il, soulignant que "l'urgence pour les victimes est donc de faire opposition sur ces prélèvements auprès de leur établissement bancaire".

Les victimes remboursées par leur banque

Après avoir porté plainte, la plupart des victimes ont déjà été remboursées par leur banque. Mais ce genre de piratage pour de petits montants est déjà bien connu des experts. Il a deux intérêts. "Gagner peu, mais souvent, de manière à ce que les comptes soient approvisionnés et qu'il n'y ait pas de système d'alerte parce que la somme ne serait pas disponible sur le compte de chacun des utilisateurs, mais également que les systèmes de détection ne soient pas en mesure de signaler un virement exceptionnel qui attirerait l'attention du chargé de clientèle ", explique Nicolas Arpagian, directeur stratégie cybersécurité chez Trend Micro.

Lire aussi

Alors, que faire pour éviter ce genre de mésaventure ? "Il faut surtout pointer ses comptes. En pointant vos comptes, vous assurez le suivi, vous serez d'autant plus réactifs s'il y a un prélèvement problématique", reprend Nicolas Arpagian. Certaines victimes craignent désormais pour les autres données personnelles confiées à la société Adecco. "Je crains qu'on usurpe mon identité. Heureusement, j'ai transmis seulement ma carte d'identité et ma carte vitale. Enfin, ce n'est quand même pas super. J'espère qu'avec le peu que j'ai donné, ça ira quand même", témoigne Morgane Laurence, victime elle aussi. Adecco assure mener une enquête interne. Elle emploie plus de 4000 permanents et 139.000 intérimaires en mission. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Thierry Coiffier, Emma Vinzent, Patrick Delannes

Tout
TF1 Info