Le 20h

VIDÉO - Fusillades en série : que se passe-t-il à Marseille ?

V. Fauroux - Reportage vidéo : Paul Géli, Philippe Fontalba et Morgane Dubaut
Publié le 4 octobre 2022 à 9h52
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

À Marseille, une fusillade a fait deux morts dimanche soir dans le quartier de la Belle-de-Mai.
La veille, une autre personne avait été abattue au fusil d'assaut dans le même quartier.
Au total, depuis le début de l'année, plus de 25 personnes sont mortes lors de règlements de comptes dans les Bouches-du-Rhône.

À deux pas du centre-ville de Marseille, loin des quartiers nord, la rafale de Kalachnikov n'aura laissé aucune chance à deux hommes d'une trentaine d'années, dimanche soir, dans le quartier de la Belle-de-Mai. Ils sont décédés à l'hôpital où ils avaient été transportés peu après les faits. Lundi matin, dans ce quartier, l'un des plus déshérités de la ville, les habitants, qui n'osaient pas répondre à visage découvert, semblaient lassés. "C'est comme une habitude. Il y a deux morts ici, il y en a eu un jour avant autre part", égrène une jeune femme dans la vidéo du JT de 20H en tête de cet article.

Des victimes de plus en plus jeunes

Samedi, quelques rues plus loin, c'est un homme de 21 ans qui a été tué par deux hommes à scooter qui lui ont tiré dessus à 17 reprises, encore avec une Kalachnikov. "J'étais à la maison, je regardais la télé tranquillement et tout d'un coup, j'ai entendu des coups de feu, j'ai rien compris. Je me suis mis à la fenêtre, j'ai vu le jeune par terre, il avait l'âge de mon neveu", témoigne un riverain. L'attaque a également fait deux blessés légers qui étaient attablés en terrasse, avait précisé à l'AFP une source policière. Ils ont reçu pour l'un une balle, pour l'autre un éclat.

Désormais, l'âge des victimes inquiète dans les rangs de la police qui constate que de nombreux quartiers sont touchés par ces assassinats liés au trafic de drogue. "C'est des délinquants qui sont souvent très jeunes, qui sont de plus en plus jeunes, qui se disent : 'On va gagner de l'argent facilement' certes, mais avec une espérance de vie qui est quand même beaucoup plus faible parce qu'on peut voir que les personnes qui sont tuées ont souvent entre 20 et 30 ans", souligne Rudy Manna, secrétaire départemental du syndicat Alliance Police nationale.

Lire aussi

Le profil des trafiquants évolue, les méthodes aussi. "La nature des fusillades a changé ces dernières années. Là où on avait avant des trafiquants qui pouvaient s'entretuer à haut niveau, on est passé dans une logique d'intimidation du concurrent avec des fusillades sur le point de deal concurrent qui vont viser les petites mains du trafic qui sont présents", explique Frédérique Camilleri, préfète de police des Bouches-du-Rhône.

À ce rythme, 2022 pourrait être une année noire : depuis janvier, plus de 25 personnes ont été tuées par balle dans les Bouches-du-Rhône, et principalement à Marseille, sur fond de trafic de stupéfiants. On dénombre par ailleurs 52 fusillades, parfois en plein après-midi. 


V. Fauroux - Reportage vidéo : Paul Géli, Philippe Fontalba et Morgane Dubaut

Tout
TF1 Info