Pneus, bateaux... 100.000 euros de préjudice après des actes de vandalisme en Gironde

par La rédaction de TF1info Reportage S. Petit, A. Vieira, C. Devaux
Publié le 17 janvier 2023 à 12h05

Source : JT 20h Semaine

À Andernos-les-Bains (Gironde), il y a quelques jours, les pneus d’au moins 130 véhicules ont été crevés.
Sur place, les victimes sont toujours à pied d'œuvre pour réparer les dégâts.
Le préjudice de ces actes de vandalisme s'élève au moins à 100.000 euros.

Rien ne l’arrête, pas même les caméras de surveillance braquées sur lui. Imperturbable, un homme crève un à un chacun des pneus sur son passage pendant trois heures, d’un bout à l’autre d'une zone artisanale à Andernos-les-Bains (Gironde), comme le montre le reportage du 20H de TF1 visible en tête de cet article. Marie Lemarié, une des victimes de cet acte de vandalisme, témoigne être "déçue", et ajoute : "Aujourd'hui, on a plus confiance de savoir si on peut dormir sur nos deux oreilles la nuit. C'est compliqué".

Un garage où nos journalistes se sont rendus en a fait les frais : sur son parking, une centaine de pneus crevés. Le montant du préjudice est de 7000 à 8000 euros, à leur charge. Avec, encore ce lundi 16 janvier au matin, des voitures à réparer à la chaîne. "Je n'ai pas pu prêter de véhicule à cause du manque de véhicules de prêt parce que j'en ai beaucoup qui ont été crevés aussi", détaille Dimitri, le garagiste.

"C'est le ras-le-bol"

Plus surprenant encore, à quelques centaines de mètres de là, des coups de cutters ont été portés à des flotteurs stationnés pour des réparations. "C'est le ras-le-bol alors qu'avant saison, on doit sortir tous les bateaux d'hivernage, les préparer, les laver, faire tous les entretiens moteur... C'est une charge supplémentaire", déplore François Naci, gérant d'une entreprise de réparations de bateaux semi-rigides.

De l’autre côté de la zone, c’est à l’intérieur de sa propriété que Christian a constaté les dégâts sur trois de ses véhicules. "On attend que tout le monde aille porter plainte pour nous permettre, peut-être, d'avoir une indemnisation", nous précise-t-il.

35 victimes ont porté plainte depuis vendredi 13 janvier, après que les faits eurent été commis durant la nuit précédente. La commandante Aurélie Mendaille, de la compagnie de Gendarmerie départementale du Bassin d’Arcachon, explique que "118 véhicules sont concernés, mais aussi 11 remorques, et trois bateaux semi-rigides". L’enquête se poursuit mais pour l’heure, aucune interpellation n'a eu lieu et les dégradations sont estimées à 100.000 euros.


La rédaction de TF1info Reportage S. Petit, A. Vieira, C. Devaux

Tout
TF1 Info