Quatre enfants de 2 à 6 ans ont été découverts dimanche livrés à eux-mêmes dans un immeuble de Reims.
À peine habillés, certains avec des couches pleines, ils tentaient de se faire à manger grâce à une plaque électrique posée au sol.
Une équipe de TF1 s'est rendue sur place.

Une poussette, un coussin, une cage avec un lapin… Sur leur palier, il ne reste que quelques affaires laissées à l'abandon, comme on peut le voir au début du reportage de TF1 ci-dessus. Derrière la porte jaune de cet immeuble de Reims (Marne), les pompiers et les policiers ont découvert dimanche dans un appartement quasiment vide quatre garçons de 2 à 6 ans, livrés à eux-mêmes. À peine habillés, certains avec des couches pleines, ils tentaient de se faire à manger grâce à une plaque électrique posée au sol. 

Un compagnon interdit de fréquenter la famille

Ce jour-là, la mère demande à une connaissance de venir garder ses enfants pour aller boire un verre chez des amis. Mais au bout de cinq heures, l'homme venu s'occuper d'eux commence à s'impatienter. "Visiblement, cet ami en question n'avait pas non plus beaucoup d'appétence pour la garde des enfants ni d'autres talents sur le sujet, puisque la mère tardant à venir, il a appelé les pompiers pour intervenir et libérer les enfants", a souligné mardi le procureur de la République de la Marne, François Schneider.

À leur retour, la mère et son compagnon, en état d'ivresse, sont interpellés. L'homme, qui n'est le père d'aucun des enfants, était déjà au moment des faits sous contrôle judiciaire pour des violences intrafamiliales et sur mineurs, avec interdiction d'entrer en contact avec cette femme et ses garçons. Venu récupérer le lapin de la famille ce mardi, Kamel, un ami d'enfance, se dit extrêmement surpris. "Pour moi, c'était une maman exemplaire, affirme-t-il face à notre caméra. C'étaient des câlins tous les jours, des promenades… Des relations à mère à enfants, quoi."

Les voisins décrivent un défaut d'éducation

Les voisins de la mise en cause, abasourdis, décrivent un défaut d'éducation. "Parfois, vers 23 heures ou minuit, j'entendais du bruit, je me demandais quand ces enfants allaient arrêter", précise l'une d'entre elles. "Quand j’entendais leurs bagarres, j’entendais leurs bruits, je voulais même déménager", confie une autre habitante de l'immeuble de la ville champenoise. La famille était revenue il y a un mois s'installer dans ce bâtiment, situé dans un quartier populaire.

Victime de séquelles psychologiques, les quatre enfants ont été confiés à une famille d'accueil. La mère de famille, connue pour consommation de stupéfiants selon les autorités, encourt deux ans de prison pour "soustraction par un parent à ses obligations légales au point de compromettre la sécurité et la santé de ses enfants". Tout comme son compagnon, interpellé pour "rébellion", elle sera jugée au tribunal le 22 octobre prochain.


T.A. | Reportage TF1 Henri DREYFUS et Hippolyte RIOU DU COSQUER

Tout
TF1 Info