Le 13H

Incendie dans les Pyrénées-Orientales : près de 1 100 hectares ravagés par les flammes

TF1 | Reportage L. Deschateaux, J.V. Molinier
Publié le 29 juin 2022 à 12h59, mis à jour le 29 juin 2022 à 16h48
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Dans les Pyrénées-Orientales, un très violent incendie a déjà ravagé plus de 1 000 hectares.
Depuis mardi à la mi-journée, les pompiers luttent contre plusieurs feux.

Les pompiers des Pyrénées-Orientales tentaient toujours mardi soir d'éteindre un "violent" incendie entre les communes d'Opoul-Perillos et Salses-le-Château qui a ravagé près de 1.000 hectares de végétation. "Le vent va s'adoucir durant la nuit et la situation est de moins en moins défavorable", ont indiqué les pompiers peu avant minuit, faisant état de 960 hectares de végétation brûlés. De son côté, la préfecture a souligné sur Twitter que le feu restait "actif" mais ne menaçait "plus les habitations".

Quelques heures plus tôt, 300 personnes avaient été évacuées de la commune de Salses-le-Château, dont 81 vacanciers d'un camping, accueillis dans la salle polyvalente, mais aucun blessé n'est à déplorer, selon la préfecture.

Le feu a par ailleurs poussé les autorités à fermer l'autoroute A9 entre Leucate et Perpignan dans les deux sens, entraînant de nombreux ralentissements. Le trafic ferroviaire entre Narbonne et Perpignan, interrompu pendant plusieurs heures, a quant à lui repris dans l'après-midi. Quelque 200 pompiers des Pyrénées-Orientales, et une centaine d'autres venus en renfort des départements voisins, étaient toujours sur place en fin de soirée. Selon la préfecture, une ligne électrique a été coupée à Opoul-Périllos et 600 foyers ont des problèmes d'électricité.

Lire aussi

Toute la nuit, les 350 pompiers mobilisés ont lutté contre les flammes et noyé les braises. Un travail poursuivi au lever du jour. En plus de ces opérations au sol, un hélicoptère bombardier d'eau est arrivé tôt ce mercredi matin pour tenter d'éteindre plusieurs foyers peu accessibles à pied. Les soldats du feu restent vigilants. "On va travailler toute la journée, voire encore la nuit prochaine et le surlendemain", explique le lieutenant-colonel Alexandre Trany dans le reportage en tête d'article. C'est une course contre-la-montre qui s'est engagée, car des vents forts et des températures élevées sont attendues cet après-midi.


TF1 | Reportage L. Deschateaux, J.V. Molinier

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info