ENQUÊTE - Clopes en stock : les dessous du trafic de cigarettes en France

par La rédaction de TF1info | Reportage "Sept à Huit" Lamia Belhacene et Aurélien Chapalain
Publié le 10 septembre 2023 à 18h25, mis à jour le 15 septembre 2023 à 12h07

Source : Sept à huit

En France, une cigarette sur trois achetée est une cigarette de contrebande.
Qui sont les vendeurs à la sauvette ? Comment s'approvisionnent-ils ? Que font les autorités pour tenter de juguler ce commerce ?
"Sept à Huit" a mené l'enquête sur les arcanes de ce marché parallèle.

À la Courneuve (Seine-Saint-Denis), ils sont une vingtaine à vendre à la sauvette des parquets deux fois moins chers qu'au bureau de tabac. C’est le cas d’Ilyes, suivi par une équipe de "Sept à Huit" dans le reportage en tête de cet article. Il achète des paquets au marché noir à trois euros chacun, et les revend cinq euros à la Courneuve. 

Un prix qui ne laisse pas ses clients indifférents : “Il n’y a pas photo. Au tabac, c’est 11 euros, ici c’est 5 ou 7 euros”, explique l’un d’entre eux. Ilyes doit toutefois rester vigilant : “Les policiers nous pistent attentivement. Parfois, on passe une nuit en garde à vue, ce qui fait qu’on est toujours sur le qui-vive”, raconte-t-il.  La vente de cigarettes à la sauvette est punie de 6 mois de prison et de 3.750 euros d’amende. Ilyes, lui, n’a jamais été condamné. Dans un département saturé par des délits plus graves, ce trafic n’est pas la priorité. 

D’où viennent ces cigarettes ? Les plus chères et les plus rares sont celles de contrebande. “Celles-ci sont authentiques, elles viennent d’Algérie”, raconte Ilyes en brandissant une dizaine de paquets. De vraies cigarettes importées illégalement en France. Mais les cigarettes qu’il vend le plus sont celles de contrefaçon, des imitations fabriquées en Chine et dans les pays d’Europe de l’Est. “Je ne supporte pas ces cigarettes, elles ont un goût immonde”, avoue-t-il. Ilyes ne montre en revanche aucun état d’âme pour les vendre. 

L’an dernier, plus de 700.000 cartouches ont été saisies en Seine-Saint-Denis. Depuis 2019, les clients peuvent eux aussi être verbalisés à hauteur de 130 euros d’amende. Découvrez l'intégralité de l'enquête de "Sept à Huit" sur ce marché parallèle dans la vidéo en tête de cet article.


La rédaction de TF1info | Reportage "Sept à Huit" Lamia Belhacene et Aurélien Chapalain

Tout
TF1 Info