Déraillement mortel du TGV Est : ces questions auxquelles le procès va devoir répondre

par La rédaction de TF1info | Reportage Esther Lefebvre, Jacques Rieg-Boivin
Publié le 5 mars 2024 à 12h26

Source : JT 20h Semaine

Le procès de l'accident d'un TGV d'essai qui avait tué 11 personnes et fait de nombreux en 2015 à Eckwersheim s'est ouvert lundi à Paris.
Comment ce drame s'est-il produit et quelles sont les responsabilités ?
Le 20H de TF1 a recueilli la parole de témoins de l'époque.

Le jour de l'accident, Thomas avait 13 ans. Le 14 novembre 2015, il était à bord du TGV d'essai qui a déraillé en Alsace. "Invité par mon oncle qui travaillait dans le labo, explique-t-il face à notre caméra dans le reportage ci-dessus. Il voulait nous faire découvrir sa vie". Son oncle est décédé dans l'accident, ses parents ont été blessés, comme lui. Huit ans plus tard, 89 parties civiles espèrent des réponses lors du procès qui s'est ouvert lundi à Paris. "Que chaque famille puisse savoir ce qu'il s'est vraiment passé, qu'on puisse passer à autre chose entre guillemets", résume Thomas. "On était un peu les oubliés du 14 novembre", ajoute son père, Patrick. 

Survenu au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, ce drame avait en effet été vite éclipsé. Pourtant, les images sont apocalyptiques. L'accident fait 42 blessés et onze morts. "On a entendu un bruit sec", témoigne Théo, qui pêchait près des lieux du drame ce jour-là et a donné l'alerte,  puis vu "une énorme boule de feu, de 20-25 mètres de haut, et une rame de TGV qui passe à travers cette boule de flammes". 

À bord de cette rame d'essai, il y avait des techniciens, des ingénieurs et des invités, dont quatre enfants, au total, 53 passagers. Le plus grand nombre de victimes se trouvait dans le dernier wagon. Pourquoi ce train n'a-t-il pas freiné suffisamment avant le virage ? Pourquoi cette vitesse excessive, 243 km/h au lieu des 176 km/h prévus ? Qui est responsable ? Le procès devra répondre à ces questions.

La SNCF et deux de ses filiales sont poursuivies pour homicides et blessures involontaires. "La SNCF est responsable moralement et civilement, mais ce n'est pas à la SNCF de dire ce que sont les responsabilités pénales", souligne l'ancien président de la compagnie, Guillaume Pépy, dans notre reportage. Également poursuivi, le conducteur du train, rescapé. Un "cheminot qui arrive à ce procès très marqué, avec évidemment un sentiment d'échec, mais qui va contester sa responsabilité pénale", indique son avocat, maître Philippe Sarda.  

Il y aura deux mois et demi de procès pour y répondre. En attendant, lors des essais de la SNCF, les passagers invités sont désormais interdits.


La rédaction de TF1info | Reportage Esther Lefebvre, Jacques Rieg-Boivin

Tout
TF1 Info