Emmanuel Macron arrive en Nouvelle-Calédonie dans un contexte toujours aussi compliqué.
Des barrages sont démantelés, mais les émeutiers les remettent en place dès que les forces de l'ordre ont le dos tourné.

Près de l'hôpital de Nouméa, des véhicules en feu et des barrages toujours en place. Le face à face avec les forces de l'ordre se poursuit, et un homme défie ouvertement les gendarmes, comme on le voit dans le reportage en tête de cet article. Sur une route qui vient tout juste d'être dégagée, un groupe de manifestants reconstruit déjà la barricade avec des véhicules calcinés. "On est obligé de remettre le barrage. Le mot d'ordre, il est là : la lutte continue", nous dit l'un d'eux.

L'action des forces de l'ordre se poursuit. Selon les autorités, 300 émeutiers ont été interpellés et plus de 90 barricades retirées depuis le début de la crise. Mardi, c'est une cyberattaque inédite qui a été déjouée, lancée contre un fournisseur d'accès à Internet, juste après l'annonce de la visite d'Emmanuel Macron à Nouméa. Le gouvernement local reste prudent sur son origine. "On a eu ces attaques très majoritairement en provenance de Russie. Ce ne sont pas des hackers dans un garage, le volume de connexions en quelques secondes montre que c'était une attaque très organisée", détaille Christopher Gygès, membre du gouvernement de Nouvelle-Calédonie en charge du numérique.

Partout sur l'île, les dégâts sont considérables. D'une entreprise de bricolage, il ne reste plus rien. Son gérant estime avoir perdu 70% de son activité commerciale et espère des aides du gouvernement : "Il est hors de question qu'on attende que les assurances remboursent. Ça fait six jours que mes sociétés ont été incendiées. Je n'ai même pas pu me rendre sur lieux pour constater, faire venir des huissiers. Parce que cette zone est une zone sensible et complètement prise par les émeutiers."  

Selon la Chambre de commerce et d'industrie, les dégâts pourraient coûter près d'un milliard d'euros, soit autant qu'après onze jours d'émeute en métropole, en juin 2023.

 


La rédaction de TF1info | Reportage Elsa Assalit, Corinne Chevreton

Tout
TF1 Info