Mort d'Émile : "Un travail extrêmement pointu" lancé après la découverte des ossements

par La rédaction de TF1info | Reportage Maurine Bajac, Jeanne Quancard
Publié le 1 avril 2024 à 13h50, mis à jour le 1 avril 2024 à 13h58

Source : TF1 Info

Après la découverte ce week-end d'ossements du petit Émile, plus de huit mois après sa disparition, l'enquête entre dans une nouvelle phase.
Le JT de TF1 fait le point sur les dernières infos et les nouvelles recherches engagées.

7h30 ce lundi matin, une dizaine de véhicules de la gendarmerie arrivent en renfort au Haut-Vernet (Alpes-de-Haute-Provence). À l'intérieur, enquêteurs, scientifiques, chiens spécialisés dans les recherches. À un kilomètre de là, une randonneuse a retrouvé deux jours plus tôt le crâne, ainsi que des dents du petit Émile. Les gendarmes vont désormais inspecter minutieusement ces lieux dans l'espoir de faire de nouvelles découvertes.  

"C'est un travail extrêmement fin et extrêmement pointu, et c'est pour ça je tiens à vous le répéter, on fait venir les meilleurs, assure dans le reportage de TF1 ci-dessus le colonel de gendarmerie Pierre-Yves Bardy. On fait venir ceux qui ont une expertise la plus haute au niveau international". 

La zone de la découverte des ossements avait déjà été fouillée par des centaines de bénévoles dès la disparition d'Émile. Sont-ils passés à côté ? Le corps a-t-il été déplacé ?  "C'est un lieu qui a été ratissé, les chiens sont passés, un lieu où passent les chasseurs. Il y a une coupe de bois qui s'est faite il y a peu dans l'automne, pour la commune d'ailleurs. Donc rien n'a été signalé", souligne face à notre caméra François Balique, le maire du Vernet.  

Principale difficulté, les conditions météo

Selon une source proche de l'enquête, le lieu de la découverte serait accessible à pied pour un petit garçon. Des analyses sont en cours pour déterminer les causes exactes de la mort. Accident ou crime ? Les conditions météo rendent plus difficile le travail des scientifiques, comme l'explique notre reporter Jeanne Quancard sur place : "Il a beaucoup plu ces derniers jours. Ces dernières semaines, il a même neigé. Résultat, les sols sont gorgés d'eau. Des indices peuvent être facilement dissimulés, ce qui complique fortement le travail des enquêteurs". 

Jeudi dernier, 17 témoins ont été convoqués pour une mise en situation. Selon les gendarmes, celle-ci n'a aucun lien avec la découverte du corps. Les témoins en sont sûrs, Émile était seul le 8 juillet dernier. Les enquêteurs ne privilégient toujours aucune piste malgré la découverte des ossements.


La rédaction de TF1info | Reportage Maurine Bajac, Jeanne Quancard

Tout
TF1 Info