Des modélisations de scènes de crime en 3D sont utilisées dans les grandes affaires criminelles.
Une technologie qui permet d'établir de premières hypothèses et de renseigner des informations sur les profils des suspects.
Un spécialiste de cette innovation a accepté de faire une démonstration face aux caméras de TF1.

Pour Valérie, revenir dans cette rue est un souvenir douloureux. "Rien que de passer le portail, il y a tout qui revient en tête, dit-elle. J'ai de nouveau l'impression d'être retournée au 7 juillet 1989." Ce jour-là, à l'intérieur de cette maison, sa mère Danielle Bernard est retrouvée morte. Un meurtre jamais résolu, mais aujourd'hui, l'enquête prend un nouveau tournant. En effet, les policiers ont reconstitué la scène de crime en trois dimensions. "L'espoir fait vivre, c'est ça qui me fait tenir", confie Valérie, émue, au sujet de cette nouvelle étape.

Cette affaire est donc désormais entre les mains des experts en modélisation 3D chargés d'aider la police dans ses investigations. Ils ne sont que quatre en France. Cette technique a déjà été utilisée dans les plus grandes affaires criminelles, comme l'attentat de Nice, le crash de l'avion de la Germanwings ou encore la tuerie de Chevaline

Une démonstration grandeur nature

Pour le 20H de TF1, Grégory, un de ces spécialistes de la police scientifique, a accepté de faire une démonstration fictive de son travail. Un homme, qui s'avère être en réalité un mannequin, a été retrouvé dans une forêt, tué par balle dans la nuque. Un passeport et un téléphone sont retrouvés sur son corps. Juste à côté de lui, un revolver est également visible. Avec trois scanners différents, l'expert quadrille les lieux pour les numériser au millimètre près. Grâce à ce procédé, "on va pouvoir s'approcher du corps et venir analyser certains endroits qui ne sont pas facilement accessibles", détaille-t-il dans le reportage visible en tête de cet article.

Position du cadavre, déclarations des témoins... En moins d'une heure, chaque détail est mémorisé grâce aux machines. Pour les policiers, il s'agit là d'un gain de temps, mais aussi de précision. "L'intérêt, c'est d'avoir une empreinte numérique de la scène de crime, explique Grégory. L'objectif est de faciliter la compréhension de la scène, mais aussi de pouvoir produire des hypothèses." Après quelques heures de travail sur ordinateur, il affine ensuite le scénario possible grâce à ses modélisations. Dans le cas de notre scène fictive, "il y avait un tireur en contrebas du chemin, la victime était en train de s'enfuir, puis il y a eu un tir, montre sur son écran l'expert. Puis, sur le logiciel, on va faire tomber la personne à l'endroit où on a retrouvé le corps."

Des pistes pour les enquêteurs sur le profil des suspects

Si, dans le cadre de cette affaire, il y avait des suspects, la modélisation pourrait également aider les enquêteurs, par exemple pour leur fournir une idée de la taille approximative du tueur. "Ça va en tout cas confirmer ou infirmer que le profil sélectionné va être le bon ou pas", résume Grégory. Ces spécialistes ne travaillent que sur une dizaine de reconstitutions par an. Pour la première fois, l'une d'entre elles a été visionnée devant un tribunal, lors du procès, en avril dernier, de l'attentat du marché de Noël de Strasbourg. 

À cette occasion, dix minutes de vidéo, 100% virtuelle, ont reconstitué le parcours de l'assaillant. Ces innovations peuvent-elles peser dans un verdict ? "Le fait que ça s'appuie sur des constatations techniques et scientifiques, ça permet d'évacuer certaines hypothèses farfelues, qui pourraient être soulevées par la défense, confirme Mᵉ Lara Fatimi, avocate de parties civiles lors de ce procès. On dit souvent qu'une image vaut mille mots... Je dirais que ça a d'autant plus d'intérêt pour des jurys populaires, qui n'ont jamais vu de leur vie une scène de crime.

Il est impossible de connaître le prix exact de ces reconstitutions. Mais elles sont très coûteuses : elles ne peuvent donc être utilisées que dans certaines affaires très précises, sur ordre d'un juge. 


T.A. | Reportage TF1 Maurine BAJAC, Quentin TRIGODET et Bixente HACALA

Tout
TF1 Info