Sept balcons d'une même façade se sont écroulés dimanche 14 avril à Antibes (Alpes-Maritimes), ne faisant aucune victime.
Les habitants, "choqués mais pas étonnés", dénoncent des signes avant-coureurs.

Les sept balcons se sont effondrés les uns après les autres comme des dominos. À Antibes (Alpes-Maritimes) ce dimanche soir, les structures se sont écroulées sur la même façade d’un immeuble, rapporte la presse locale. "On a entendu un boom, et après, un boom en continu", lance une jeune habitante.

"C'était crescendo, mi-explosion, mi-tremblement de terre. Je pensais que c'était juste celui d'un appartement qui s'était écroulé, mais quand je suis sortie, j'ai vu le résultat", se souvient une autre, interrogée dans le reportage en tête de cet article. 

En colère, choquée, mais pas étonnée non plus
Sonia, habitante de l'immeuble

Le syndic dit ne pas comprendre ce qui a pu se passer dans cet immeuble des années 70. "Je passe toutes les semaines sur la copropriété, et il n'y a eu aucun signe avant-coureur, absolument rien de signalé par les résidents. On ne nous a jamais signalé de problème au niveau des balcons", affirme Stéphane Girier, du syndic de copropriété SG2P. 

Les habitants assurent pourtant le contraire. "C'était tout pourri, c'est normal", se désole l'un d'entre eux, contemplant les infrastructures détériorées. "En colère, choquée, mais pas étonnée non plus. Parce que ça fait des années qu'on alerte. Moi ça m'avait déjà traversé l'esprit", renchérit Sonia, une autre résidente. Cette dernière dévoile une série de photos (voir ci-dessous) sur lesquelles on peut constater les infiltrations d'eau de la terrasse du septième étage.  

TF1
TF1

Depuis sept ans, Sonia écrit des courriers au syndic que nous avons pu consulter. "Habitant le sixième étage nous recevons de l'eau calcifiée en provenance de la terrasse du septième étage", peut-on lire dans l'un d'entre eux. Aucun blessé n'est à déplorer, mais le bâtiment a été évacué par mesure de précaution. 

Ilies, également habitant de l'immeuble, a ainsi passé la nuit dans une salle commune. "On attend aujourd'hui, on doit rentrer récupérer ce dont a besoin, c'est ce qu'ils nous ont dit. On ne sait rien de plus", déplore-t-il. Une enquête doit encore déterminer l'origine de la chute des sept balcons. 


M.T | Reportage Anouchka Flieller, Christine Guérard, Christophe Napoli

Tout
TF1 Info