Deux phénomènes grandissants touchent la Haute-Vienne depuis plusieurs mois.
Les actes de dégradation sur des conteneurs de recyclage et les vols dans les déchetteries se multiplient.
Une équipe de TF1 s'est rendue sur place.

Du conteneur servant à recycler le papier que montre le reportage de TF1 ci-dessus, il ne reste plus rien. La coque en plastique a totalement fondu sous l'effet de la chaleur, endommageant les autres conteneurs. Un incendie volontaire de plus sur lequel enquête la gendarmerie de Haute-Vienne. Incompréhensible pour les habitants de la petite commune de Saint-Junien, où a eu lieu ce sinistre. "C'est dégueulasse de faire ça, ça coûte quand même assez cher. Et qui c'est qui va payer ? Ce sont les gens qui habitent ici. C'est vraiment ahurissant", lance un homme.

 

En un mois et demi, Saint-Junien a vu partir en fumée treize de ses conteneurs pour le recyclage. Au total, vingt-neuf ont été incendiés dans le département depuis le début de l'année. À 1 500 euros pièce, le calcul est vite fait par le gestionnaire. "C'est plus de 20.000 euros sur la commune de Saint-Julien, 40.000 euros sur l'ensemble du département. C'est un petit peu dommage, je préfèrerais qu'on les mette à profit du recyclage", se désole Amanda Faucher directrice adjointe du Syndicat départemental d'élimination des déchets (Syded).

"Ça me révolte"

Autre phénomène grandissant, les dégradations à l'intérieur même des déchetteries pour commettre des vols, souvent la nuit. Dans la déchetterie où se rend notre équipe, les agents y sont confrontés chaque semaine. "J'ai refait toutes les clôtures parce que là, ce matin, c'était levé et ils sont rentrés dedans, rapporte l'un d'eux. Ils nous ont piqué les batteries, du cuivre... Ils ouvrent la grille et ils peuvent transporter des machines à laver, la ferraille par là. J'ai mis une chaîne pour essayer de les empêcher de rentrer". 

En l'absence de vidéosurveillance, un service de gardiennage a été mis en place en fin de journée et des rondes sont effectuées la nuit. Pas suffisant pour arrêter les voleurs à la recherche de métaux précieux. Ils prennent tous les risques, jusqu'à mélanger des produits chimiques. "Ils prennent le sac, ils le vident là, ce qui fait que ça fait un mélange, c'est très dangereux, montre notre agent. Et eux, ils prennent la poche et ils s'en vont prendre la ferraille ou de l'électrique". 

"Ça me révolte complètement, réagit une usagère de la déchetterie. On fait des efforts pour venir trier et puis on voit que le travail même des agents est saccagé..."

Des actes de vandalisme favorisés par l'isolement des déchetteries en milieu rural. Bien que coûteuse, la question de la vidéoprotection se pose de plus en plus. "Ce n'est pas la peine d'investir sur l'ensemble des déchetteries. Je pense qu'il faut qu'on voit si c'est la solution dans certains endroits, pour peut-être par la suite le développer", indique Alain Auzeméry, président du Syded et vice-président PS du conseil départemental de la Haute-Vienne. En attendant, les enquêtes de gendarmerie se poursuivent pour tenter de retrouver les auteurs des faits. Depuis le début de l'année, 70 plaintes ont été déposées dans le département de la Haute-Vienne. 


La rédaction de TF1info | Reportage Carlos Parédès, Emmanuel Sarre

Tout
TF1 Info