Un homme a été tué par la foudre sur un terrain de football, jeudi soir à Courrières (Pas-de-Calais), tandis que le pronostic vital d'un autre joueur est toujours engagé.
La victime, Jordan Denneulin, est un père de famille âgé de 30 ans.
Son père et ses frères témoignent au micro de TF1.

Les chasubles et les ballons d'entraînement sont encore présents sur la pelouse du stade de Courrières (Pas-de-Calais). C'est ici que la foudre a frappé jeudi soir, alors que les joueurs regagnaient les vestiaires. Jordan Denneulin, un père de famille âgé de 30 ans, a été foudroyé. Ce licencié du club AS Courrières est mort sur le coup. 

"Mon fils, comment je peux vous le décrire ? C'est un gosse super... Il devait passer son brevet de professeur de sport", témoigne son père Frédéric, bouleversé par l'émotion. Ses frères sont sous le choc : "Pourquoi lui et pas un autre ? C'est très dur psychologiquement. On n'arrive pas à y croire. C'était notre grand frère. Pour nous, ce n'est pas possible qu'il soit parti, aussi jeune...", confie Luc. À ses côtés, Théo abonde : "Pour moi, il est toujours dans les vestiaires, il va sortir, tout va aller bien et la vie va reprendre. C'est juste un cauchemar où je vais me réveiller."

"C'était mon entraîneur, il était très gentil"

Dans la soirée, un autre joueur souffrant de douleurs thoraciques, lui aussi touché par la foudre, a été transporté à l'hôpital en urgence absolue. Son pronostic vital est toujours engagé. Taïb a été le premier témoin de la scène : "Quand j'ai entendu la foudre taper, je regardais à ma fenêtre, j'ai vu tout le monde courir. Et c'est après que j'ai appris la mauvaise nouvelle, que la foudre en avait tapé sur un joueur." 

Toute la nuit, les licenciés du club se sont réunis pour soutenir la famille. Le portrait de Jordan a été installé sur le parvis du complexe sportif. Les hommages se sont succédé tout au long de la matinée, vendredi. Parmi eux, un jeune garçon venu apporter des fleurs : "Je l'aime beaucoup, c'était mon entraîneur. Il entraînait super bien, il était très gentil."

"Je suis choqué, comme je pense la plupart des gens ici quoi, témoignait un homme. J'ai pas de mots. Je suis dévasté quoi. Pour sa famille, sa femme, son fils". 

Partout dans la région ce week-end, une minute de silence sera observée sur le terrain de football pour honorer la mémoire de Jordan. 


La rédaction de TF1info | Reportage Zack Agili, Bora Agirbas

Tout
TF1 Info