Le 13H

VIDÉO - "J'aurais pu le recevoir dans l'œil" : touchée par un tir de chasseur, une cycliste témoigne

M.G | Reportage TF1 Florence de Juvigny, Kévin Gaignoux, Jacques Rieg Boivin
Publié le 26 octobre 2022 à 10h45
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Une jeune fille de 17 ans a reçu un plomb dans son casque de vélo lors d'une balade avec d'autres cyclistes dans le Maine-et-Loire, le week-end dernier.
Quelques secondes avant d'être touché, le groupe avait salué le chasseur fautif.
La jeune fille raconte cet accident à TF1.

Une énorme frayeur. Au cours d'une excursion à vélo à Gennes-Val-de-Loire (Maine-et-Loire), le week-end dernier, une mineure de 17 a été touchée par un tir de chasseur. Son père, qui l'accompagnait, et une autre personne ont également reçu des plombs. Le groupe de sept personnes raconte avoir été pris pour cible, involontairement, par un chasseur qui se trouvait dans un champ à proximité. 

Une plainte a été déposée dimanche par les victimes, qui n'ont écopé que de blessures légères. Une enquête a été ouverte pour violences volontaires avec une arme, a confirmé le parquet à TF1info. D'abord sous le choc, puis en colère, Clara témoigne dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Une interview dont vous pouvez retrouver ci-dessous les propos plus en longueur. 

Ça aurait pu être très grave

Clara

"On arrive sur place, sur une petite route très dégagée. On voit beaucoup de chasseurs, comme c’est la saison en ce moment. On salue un monsieur, qui est chasseur", raconte la jeune fille. Juste après avoir tourné, le groupe de cycliste voit arriver une perdrix. Elle était "entre nous et le chasseur", indique l'adolescente. "On voit le chasseur mettre le fusil en joue. On se dit que ce n’est pas possible, qu’il ne peut pas tirer maintenant alors qu’on est là et qu’il nous a vus", lance-t-elle. "Et là, on a entendu la détonation. Je n’ai pas vu la scène, j’ai juste senti et entendu le bruit du plomb arrivant dans le casque. J’ai juste eu le temps de tourner la tête par réflexe", ajoute la principale intéressée. C'est à ce moment que "l'on s’est dit : 'on vient de se faire tirer dessus'", déclare-t-elle gravement. 

Des blessures légères

Heureusement, le pire a été évité. "J’ai pris un impact dans le casque, mon père un sur la côte et un à la poitrine. Un autre ami en a aussi pris un dans le casque", précise-t-elle. Mais "ça aurait pu être très grave, j’aurais pu avoir l’impact dans l’œil", s'insurge-t-elle. 

Pour moi, il n’était pas du tout en état de chasser

Clara

"On est allés à la rencontre" du chasseur fautif, continue-t-elle. "On s’est dit que c’était tellement soudain qu’il fallait qu’on aille le voir", souligne Clara. "Mon père" lui a demandé s'il se "rendait compte de ce qu’il se passait". Mais, sur le moment, le tireur "était un peu étonné" et a "nié" avoir ouvert le feu sans respecter les consignes de sécurité. Pourtant, la jeune fille est catégorique : "on était sept personnes. Il nous a vus. Ce n’était pas forcément nous qu’il visait, c’était la perdrix, mais c’est nous qui avons reçu le plomb". "Je pense que le chasseur ne faisait pas vraiment attention, en sachant qu’il pouvait clairement nous voir. Il n’y avait aucun obstacle entre lui et nous", fustige-t-elle, rappelant que le groupe l'avait croisé et même salué quelques instants plus tôt. "Pour moi, il n’était pas du tout en état de chasser", martèle-t-elle. 

Lire aussi

Malgré le traumatisme, la jeune fille de 17 ans "veut continuer à faire du vélo". "Je n’ai pas envie de m’arrêter juste parce qu’il y a eu un accident comme ça. Mais c’est sûr que ça refroidit un peu", reconnaît-elle. "Si on va à la campagne pour faire un tour de vélo, […] ce n’est pas pour se faire tirer dessus", tance-t-elle encore, disant partager son expérience pour "montrer que des incidents comme ça se produisent" et pour éviter que "d’autres personnes" ne subissent une telle mésaventure. 


M.G | Reportage TF1 Florence de Juvigny, Kévin Gaignoux, Jacques Rieg Boivin

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info