REPORTAGE - Marseille : la traque des dépôts sauvages de déchets s'intensifie

par La rédaction de TF1info | Reportage Suzanne Prez, Philippe Fontalba
Publié le 28 février 2024 à 12h13

Source : JT 20h Semaine

Gravats, poubelles, batteries usagées, pneus… Des dépôts illégaux de déchets sont fréquents en forêt.
Mais c'est aussi le cas en pleine ville, comme à Marseille.
Pour lutter contre ces décharges sauvages, la municipalité a créé une brigade spécialisée.

Cinq minutes suffisent, à l'abri des regards. Cartons, pneus, sacs de gravats sont jetés en pleine rue. Dans certains quartiers de Marseille (Bouches-du-Rhône), les dépôts sauvages font partie du décor. Il faut slalomer entre les déchets. Il s’agit d’une pratique illégale, mais répandue. Des bennes entières sont parfois déversées sur les trottoirs.

Pour traquer les coupables, on a créé une brigade spécialisée. Quatorze agents font des rondes quotidiennes à la recherche de flagrants délits. "La difficulté de tomber au moment où ils jettent. Si on arrive à apercevoir des documents ou quoi que ce soit, s'il y a un nom, on peut essayer de remonter jusqu'à jusqu'au propriétaire du document", explique Ahmed Ferrouk, responsable de la brigade de l'environnement de Marseille.

1500 caméras branchées 24h/24

Ces montagnes d’ordures sont souvent déversées par des entrepreneurs du bâtiment ou des artisans peu scrupuleux. Rien n’échappe au radar de la brigade. Il s'agit d'un nouvel outil : la caméra nomade. "La particularité, c'est qu'on peut les déplacer à notre bon vouloir." 

Derrière, un mur d’écrans avec plus de 1500 caméras branchées 24 heures sur 24. Elles enregistrent chaque jour de nouvelles infractions. Avec 270 affaires traitées l’année dernière, les peines peuvent aller jusqu’à deux ans de prison et 75 000 euros d'amendes. Mais certains sites échappent à la surveillance. Retrouvez tous les détails du reportage dans la vidéo en tête de cet article.


La rédaction de TF1info | Reportage Suzanne Prez, Philippe Fontalba

Tout
TF1 Info