REPORTAGE - "On amène les enfants de force" : à Nîmes, une école dans l'enfer de la guerre des dealers

Publié le 1 mars 2024 à 11h50, mis à jour le 1 mars 2024 à 12h32

Source : JT 20h Semaine

Des trafiquants qui se poursuivent armes à la main dans la cour de récréation, un homme abattu devant un enfant de 8 ans...
Une école de Nîmes (Gard) est terrorisée par le trafic de drogue.
La quasi-totalité des professeurs ont fait valoir leur droit de retrait et les parents n'osent plus envoyer leurs enfants.

Ce jeudi matin, dans une école de Nîmes, tout le monde parle de cette fusillade entre trafiquants de drogue. Terrorisée, une mère de famille souhaite rester anonyme. "On a toujours le risque de sortir et de se prendre une balle dans la tête par hasard. Mon fils, je vais déménager pour lui", témoigne-t-elle.

C'est un choc traumatique. Insomnie, angoisse, perte d'appétit...
Une enseignante

"Les enfants sont en danger. Aucun ne veut revenir à l'école. On les amène de force", abonde une autre. Le 8 février dernier, un bus rentre d'une sortie scolaire, des coups de feu éclatent à quelques mètres. Pendant la fusillade, les élèves sont conduits à l'école pour se confiner. Une enseignante reste coincée dans le bus avec une élève. Résultat, quatorze enseignants sont en arrêt pour accident de travail. "C'est un choc traumatique, explique une professeure. Insomnie, angoisse, perte d'appétit..."

Cette fusillade n'est pas unique. Pendant les vacances, un homme connu des services de police a été tué devant l'école. Un point de deal est situé juste en face, et l'école semble faire partie du territoire des dealers. Des sacs contenant des stupéfiants ont même été trouvés derrière les sapins à l'intérieur de l'école. Retrouvez tous les détails du reportage dans la vidéo en tête de cet article.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info