Dans la Sarthe, des distributeurs de rillettes installés dans des communes rurales sont régulièrement vandalisés et pillés.
Les producteurs et les habitants s'interrogent.
Une équipe de TF1 s'est rendue auprès d'eux.

Que se passe-t-il dans la Sarthe ? Ces dernières semaines, trois distributeurs automatiques de rillettes ont encore été vandalisés. Pour Thomas Ouvrard, agriculteur à Saint-Jean-de-la-Motte, c’est même la quatrième fois que le sien est pris pour cible en un an. Dernier épisode en date : "Les individus ont cogné sur la vitre pendant sept minutes pour prendre... un seul pot de rillettes", raconte-t-il dans la vidéo du JT de TF1 ci-dessus. 

Un acte incompréhensible, selon lui. "C'est notre vitrine, c'est notre image qu'ils viennent casser. Quand des gens sont dans le besoin, on leur donne quelque chose, mais aujourd'hui, ces gens-là sont vraiment venus pour casser", dénonce-t-il. 

Il y en avait un qui avait un masque de Spiderman
Thomas Ouvrard, agriculteur à Saint-Jean-de-la-Motte

Au total, le préjudice s'élève à 10.000 euros de casse pour 200 euros de marchandises volées. Alors que ce distributeur est le seul moyen pour cet agriculteur de vendre ses produits. Même les caméras de vidéosurveillance n’ont pas dissuadé les voleurs. "Ça ne sert strictement à rien, étant donné qu’ils sont cagoulés avec des gants. Il y en avait un qui avait un masque de Spiderman", explique Thomas Ouvrard.

Quelle est leur motivation ? Qui sont ces nouveaux voleurs de charcuteries ? Dans une boucherie de Luché-Pringé,ces larcins laissent tout le monde perplexe. "Est-ce que c'est voler pour manger ou pour revendre ?", s'interroge un client qui se demande si les rillettes se congèlent bien. "Ils ne vont pas les voler pour les jeter, donc ils font quelque chose. Je pense qu’ils font un commerce à côté", assure de son côté une retraitée. Ou alors "ce sont des gens qui sont contre la viande", supposent une autre. 

Emmanuel Méthée, boucher-charcutier, est bien embêté pour leur donner une réponse : "Que faire de plein de rillettes ? Autant en avoir des fraîches tout le temps", soupire-t-il. 

Des fruits et des légumes ont aussi été volés dans ces distributeurs. Résultat, certains agriculteurs ont décidé de ne plus recharger les automates la nuit pour éviter de telles casses.


V. F | Reportage TF1 Manon Monnier et Xavier Beaumel

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info