Les trafics de drogue et les règlements de compte ne touchent pas uniquement les grandes villes.
Des communes d'apparence tranquille, comme Villerupt en Meurthe-et-Moselle, en font aussi les frais.
Avec son emplacement stratégique, tout près des frontières belge et luxembourgeoise, la ville est devenue une plaque tournante.

En mai 2023, à Villerupt, petite commune de 10.000 habitants, une fusillade fait cinq blessés, dont trois graves. C'était sur un point de deal, sur fond de règlement de compte. Patrick n'aurait jamais imaginé cette scène dans cette commune. "On s'attend à pétards, on est une petite ville, il ne peut rien se passer et finalement une jeune homme, sortir d'un petit passage, est arrivé en sang et s'est affalé le long de ce muret, il s'est pris plusieurs balles", se remémore-t-il dans la vidéo du 20H de TF1 en tête de cet article.

Une lutte contre les trafics compliquée

La petite ville, d'apparence tranquille, est devenue un point de passage de multiples trafics, car elle est située à seulement quelques kilomètres de la frontière de la Belgique et du Luxembourg. Chaque jour, des dizaines de milliers de véhicules circulent sur les autoroutes. Mais au volant, se trouvent parfois des trafiquants de stupéfiants, de cigarettes ou encore d'alcools. 

Ces petites mains sont la cible des douaniers. "En début d'année, nous avons saisi plus de 9000 litres d'alcool dans un 38 tonnes, ces 9000 litres étaient destinés à être écoulés dans les épiceries en région parisienne dans la cadre d'une filière extrêmement structurée", raconte Francis Meyer, chef de service à la brigade des douanes de Thionville (Moselle).

La zone au nord-ouest de la France représenterait le plus gros point d'entrée de stupéfiants, par voie routière, sur le territoire.

Il y a deux semaines, Francis Meyer et sa brigade ont fait une saisie exceptionnelle dans un camion, l'équivalent de 2,5 millions d'euros de drogue. C'est une marchandise à destination de grandes villes, mais aussi de petites, comme Villerupt. 

Cette montée du trafic et de la violence angoisse les riverains. "Ce sont des règlements de compte de plus en plus visibles" alerte un habitant. Pour endiguer ces trafics, une difficulté pour les autorités : interpeller les individus qui peuvent rapidement passer d'un pays à un autre. "C'est ce qui rend cette lutte compliquée parce que ce saut de frontière rend, par moment, plus difficile la possibilité d'appréhender ces personnes", explique Françoise Souliman, préfète de Meurthe-et-Moselle.  

 À Villerupt, un autre trafic fait son apparition, celui du logement. Des marchands de sommeil louent à des travailleurs précaires à des prix exorbitants. POur faire face à ces trafics, le maire veut augmenter sa police municipale. Dexu postes sur trois sont à pourvoir. Problème, il est difficile selon lui de recruter. D'ici à l'année prochaine, le ministère de l'Intérieur s'est engagé à augmenter d'une douzaine d'agents  le nombre de policiers nationaux à Villerupt. 


La rédaction de TF1 | Reportage Jeanne Quancard, Cléa Jouano

Tout
TF1 Info