Le procès hors norme des attentats du 13-Novembre

Retour sur l'ouverture du procès historique des attentats du 13 novembre

La rédaction de TF1
Publié le 8 septembre 2021 à 20h00, mis à jour le 9 septembre 2021 à 10h45
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

REPORTAGE - Ce mercredi 8 septembre est aussi la date du début d’un procès hors norme, celui des attentats du 13 novembre 2015. Cela fait six ans que les parties civiles attendent ce jour. Retour sur les faits marquants de cette audience.

Ce mercredi 8 septembre, il y avait quatorze accusés dans le box, mais les victimes redoutaient particulièrement de voir et d'entendre, Salah Abdeslam. Il est le seul survivant du commando des terrasses et du Bataclan le 13 novembre 2015. Le président lui demande de se présenter. En guise de réponse, Abdeslam récite une profession de foi. Le président enchaîne en demandant sa profession. Et il lui répond par : "J'ai délaissé toute profession pour devenir un combattant de l’État islamique".

Les parties civiles ont enfin assisté au premier jour du procès des attentats du 13 novembre 2015, avec des sentiments contrastés. Elles l'attendaient depuis près six ans. La justice s'est donné les moyens pour que les débats se déroulent dans la sérénité qu'impose un tel procès. Une salle d'audience de 550 places a été construite dans le palais de justice de l'Île de la Cité.

Lire aussi

Des salles annexes ont également été prévues pour pouvoir accueillir au total 330 avocats, 1 800 parties civiles et les représentants de 140 médias. Tous ont pu entendre les déclarations de Salah Abdeslam en fin d'après-midi. Il se plaignait de ses conditions de détention. En outre, la sécurité restera renforcée sur toute l'Ile de la Cité pendant les huit mois et demi du procès.


La rédaction de TF1

Tout
TF1 Info