Deux véhicules ont été récemment incendiés au pied de la mairie de Saint-Cyr-au-Mont d’Or, dans le Rhône.
Un habitant de la commune a été interpellé le 6 mars par la gendarmerie.
L’individu, qui a reconnu les faits en garde à vue, avait eu un différend avec des agents de la police municipale.

"Mon bureau est ouvert toute la journée. Si quelqu'un n'est pas content, il vient nous le dire, on en parle tranquillement", déclarait Patrick Guillot, le maire de Saint-Cyr-au-Mont d’Or (Rhône), au micro de TF1 mercredi, dans le reportage du 20H visible en tête de cet article. Une incompréhension partagée par un habitant de cette banlieue cossue de Lyon : "Depuis trente ans, je n'ai jamais vu la moindre dégradation, le moindre acte de vandalisme." Deux véhicules ont pourtant été incendiés coup sur coup, la semaine dernière, au pied de l’hôtel de ville, causant la fermeture du bâtiment. 

Selon les informations de TF1-LCI, l’homme de 40 ans interpellé depuis dans le cadre de l’enquête, connu de la justice pour conduite sous l’emprise de produits stupéfiants, avait eu un différend avec la police municipale. 

L’individu, résidant dans la commune, a reconnu les faits lors de sa garde à vue. L’enquête pour incendies criminels, diligentée par la brigade de recherches de la gendarmerie de Lyon, s’est appuyée sur des images de vidéosurveillance montrant un individu lancer un cocktail Molotov sur un Citroën Berlingo de la police municipale stationné le long de la mairie, dans la nuit du 1ᵉʳ au 2 mars, quatre jours après l’incendie lui aussi volontaire, au même endroit, d’une Renault Zoé appartenant, elle, à la municipalité.

Ces deux feux ont sérieusement endommagé la façade de l’édifice, mais aussi son intérieur, en particulier la salle des mariages. La mairie restera close durant au moins trois semaines. Beaucoup de rendez-vous pour des passeports ou des cartes d’identité ont été annulés en raison de la dégradation du matériel, tandis que les 25 agents municipaux y travaillant ont dû trouver refuge ailleurs, par exemple dans le foyer des anciens. "On attend l'intervention d'un prestataire pour décontaminer le bâtiment", indiquait à TF1 Sandra Rambla Maury, directrice générale des services à la mairie. Le principal suspect a, lui, été déféré le 7 mars, avant d’être jugé en comparution immédiate.


Hamza HIZZIR | avec Maurine BAJAC

Tout
TF1 Info