VIDÉO - "Ça me laisse sans voix" : après la mort de deux adolescents, les appels au calme se multiplient à Saint-Denis

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Matthieu Desmoulins, Georges Brenier, Marie Belot, Guillaume Vuitton
Publié le 21 janvier 2024 à 22h47

Source : JT 20h WE

En quelques jours seulement, deux jeunes ont perdu la vie à Saint-Denis après avoir été agressés.
Ces deux affaires n'ont apparemment aucun lien.
Mais élus, associations et familles ont multiplié les appels au calme durant le week-end.

Les contrôles de police se sont multipliés dans les rues de Saint-Denis, ce dimanche 21 janvier. Alors que deux morts violentes de jeunes ont endeuillé cette ville de la banlieue nord de Paris et qu'une dizaine de rixes ont eu lieu, les policiers se sont déployés dans les rues, fouillant les jeunes pour confisquer tout ce qui pourrait servir d'arme lors d'affrontements entre bande. 

"À l'occasion d'une palpation, les policiers ont découvert ces deux outils", a montré Anouck Foumigué, commissaire dans cette commune, un cutter et une pince à la main. "Dans ce contexte, à Saint-Denis, on ne se promène pas avec un cutter dans la poche", a-t-elle estimé dans le reportage TF1 en tête de cet article.

Sans ordre public, on ne peut rien faire
Mathieu Hanotin, maire PS de Saint-Denis

Mercredi 17 janvier, dans la matinée, l'un de ces affrontements a coûté la vie à Farid, 18 ans, élève dans le lycée professionnel Frédéric Bartholdi. Alors qu'il se trouvait avec des camarades devant son établissement scolaire, il est roué de coups par plusieurs personnes, sans doute avec une batte de baseball. Après plusieurs jours dans le coma, il a succombé ce samedi 20 janvier à ses blessures. 

On ressent "de la tristesse avant tout. Parce que Farid était bien connu dans le lycée, il posait aucun problème. Il menait des études, il était venu passer son bac blanc, donc c'est plutôt l'effroi", a témoigné Kader Chibane, administrateur dans ce lycée et conseiller régional EELV en Ile-de-France.

Quelques heures plus tard, un deuxième adolescent, Sedan, 14 ans, a également perdu la vie. Il a été poignardé sur le quai d'une station de métro. "Ça me laisse sans voix. J'ai l'impression que pour ces jeunes, la mort est quelque chose de banal", a réagi, attristée, une passante.

Pour rendre hommage à Sedan, plusieurs personnes se sont rassemblées samedi autour notamment de son grand frère, Mory. La famille de Sedan appelle au calme. Un arrêté pour interdire les attroupements a d'ailleurs été pris par la mairie. "Le retour au calme, c'est un préalable. Sans ordre public, on ne peut rien faire, ni comprendre ni permettre aux familles de vivre leur deuil", a également insisté le maire de Saint-Denis, Mathieu Hanotin.

Dans l'affaire du meurtre de Sedan, un jeune de 19 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire. Toute la semaine, le nombre de patrouilles de police va encore être renforcé, notamment aux abords des collèges et lycées les plus sensibles.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Matthieu Desmoulins, Georges Brenier, Marie Belot, Guillaume Vuitton

Tout
TF1 Info