Scandale des pizzas Buitoni : un accord d'indemnisation signé avec les familles de victimes

par La rédaction de TF1info | Reportage Thomas Misraki, Maurine Bajac
Publié le 18 avril 2023 à 9h20

Source : JT 20h Semaine

Un accord financier amiable a été trouvé entre Nestlé, propriétaire de la marque Buitoni et les familles des victimes de l'intoxication alimentaire, due à la consommation de pizzas Buitoni, en 2022.
Quels sont les détails financiers de cet accord ?

Nestlé France va indemniser des dizaines de victimes du scandale des pizzas Buitoni contaminées par la bactérie E. coli, qui avaient provoqué le décès de deux enfants et l'intoxication de dizaines d'autres, dans le cadre d'un accord à l'amiable qui referme le volet civil de l'affaire. "Afin de contribuer, dans un délai raisonnable, à l'apaisement des victimes et de leurs familles, Nestlé France a décidé de s'inscrire dans une démarche d'indemnisation amiable", a indiqué le groupe lundi. Un accord, dont le montant n'a pas été dévoilé, a été signé le 31 mars.  

"Chacune des personnes concernées recevra de la part de Nestlé France une proposition indemnitaire, qui fera suite à une évaluation médicale et qui tiendra compte, de manière équitable, de la gravité des préjudices et de chaque situation", a souligné la filiale du géant suisse. 

Nestlé, pour l'heure, pas mis en examen

Deux enfants sont morts et des dizaines d'autres sont tombés gravement malades après l'ingestion en 2022 de pizzas de la gamme Fraîch'Up de Buitoni, fabriquées dans son usine de Caudry (Nord). Ce processus doit "permettre à terme une juste réparation à la hauteur de leurs préjudices", a indiqué dans un communiqué séparé l'avocat Pierre Debuisson, qui représente 63 victimes.

Me Debuisson avait assigné Nestlé pour "faute lourde" devant le tribunal judiciaire de Nanterre et demandé une indemnisation à hauteur de 250 millions d'euros pour ses clients. L'audience avait été fixée au 9 mai, mais cet accord amiable suspend cette assignation. 

Une information judiciaire avait été ouverte en mai 2022 à Paris, notamment pour homicide involontaire à l'égard de deux victimes et blessures involontaires à l'égard de 14 autres, selon une source judiciaire. Nestlé n'a pour l'heure pas été mis en examen. Le groupe "continue à collaborer avec les autorités judiciaires" et "assumera pleinement ses responsabilités", a-t-il ajouté.


La rédaction de TF1info | Reportage Thomas Misraki, Maurine Bajac

Tout
TF1 Info