Soupçons d’emploi fictif : François Fillon à nouveau dans le collimateur des enquêteurs

Publié le 3 septembre 2021 à 20h21, mis à jour le 3 septembre 2021 à 22h48

Source : JT 20h WE

Entre 2013 et 2015, François Fillon a embauché comme assistant parlementaire un auteur qui a écrit son livre-programme "Faire". Mais l'ancien Premier ministre avait-il le droit de payer cette mission avec de l'argent public ?

En enquêtant sur l'affaire Pénélope Fillon, la justice aura-t-elle découvert un autre emploi fictif ? Au cœur des soupçons, Maël Renouard, ancien collaborateur, devenu aujourd'hui un écrivain reconnu. Les faits se déroulent entre 2013 et 2015. François Fillon vient de quitter Matignon. Il est redevenu simple député et il embauche alors comme assistant parlementaire un auteur en vue, agrégé de philosophie.

François Fillon le connaît bien. Maël Renouard écrivait ses discours lorsqu'il était Premier ministre. Le jeune homme se voit confier une mission : rédiger le livre programme de François Fillon pour 2017, un ouvrage devenu best-seller plus de 100 000 exemplaires vendus et 250 000 euros de revenus estimés pour l'ancien Premier ministre. Maël Renouard sera rémunéré 38 000 euros par l'Assemblée nationale et donc par des fonds publics.

La seule écriture d'un livre est suffisante pour justifier ce travail d'assistant parlementaire, selon Me Antonin Lévy, avocat de François Fillon. Pourtant, le règlement de l'Assemblée nationale stipule clairement que les collaborateurs doivent assister les députés dans l'exercice de leurs fonctions, et donc dans leur travail de parlementaire. Mais ce sont les députés eux-mêmes qui définissent les tâches qui leur sont confiées.

Dans cette nouvelle affaire, François Fillon a été auditionné cette année. Les magistrats peuvent désormais le convoquer devant la justice ou classer l'enquête sans suite. En novembre, l'ancien Premier ministre sera jugé en appel dans le volet des emplois fictifs de son épouse Pénélope. En juin 2020, il a été condamné en première instance à cinq ans de prison, dont deux fermes.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info