Le 20h

Maire du Tarn menacé de mort : guerre de l'eau autour d'un projet de Danone

TF1 | Reportage Noé Gandillot, Loïc Gorgibus
Publié le 7 octobre 2022 à 11h20
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Les habitants d'un village du Tarn sont divisés à propos d’un projet de forage d’eau opéré par Danone.
Les esprits s’échauffent tellement que le maire a été menacé de mort.

Un message de mort visant le maire de Murat-sur-Vèbre, dans le Tarn, a été tagué sur le trottoir, juste devant l’entrée de sa maison. Le destinataire, Daniel Vidal (sans étiquette), l’a découvert samedi matin. "Vous ne vous levez plus de la même façon le matin. On fait forcément le tour du domicile, du véhicule... voir s'il ne s'est rien passé dans la nuit", explique-t-il dans le reportage de TF1 en tête d'article. L'élu ne compte pas "démissionner" mais estime toutefois que "ça remet en question" son mandat. 

Cette menace de mort intervient dans un climat de grande tension dans le village. Comme en témoignent des pancartes à l’entrée de la commune. Le maire est accusé par certains de favoriser un nouveau projet de forage d’eau par Danone. Dans la commune, tout le monde se demande comment on en est arrivé là. "C'est du jamais vu, ça va beaucoup trop loin", estime un riverain. "On ne fait pas des menaces de mort. C'est grave", s'indigne une autre. "Quand même, on ne va pas tuer quelqu'un pour une histoire d'eau", espère un troisième.

Source naturelle exploitée par Danone

Cela fait un an déjà que la bataille de l’eau a commencé à Murat-sur-Vèbre. À 20 kilomètres de là, Danone exploite déjà une source naturelle pour une de ses marques phares. Le géant de l’agroalimentaire veut étendre ses forages et prélever l’eau, potentiellement riche en minéraux.

Dans ce petit village agricole, les tests pour mesurer la qualité de l'eau ont déjà commencé. "Un tuyau qui descend 50 mètres sous terre, avec une pompe, ramène l'eau en surface", décrit Martin Pigeon, directeur de l'usine La Salvetat-Danone à La Salvetat-sur-Agout, dans l'Hérault. 

Les prélèvements vont encore durer au moins un an. S’ils sont concluants, ce sera l’État qui dira si oui ou non, il donne son feu vert à l’entreprise. "On est soumis à des autorisations de l'état, c'est très encadré donc on ne peut pas pomper et exploiter plus que la quantité définie par l'État. C'est notre engagement, c'est notre métier, de s'assurer qu'il y a toujours de l'eau pour tous les acteurs du territoire", poursuit le Martin Pigeon. 

"L'eau, bien précieux"

Alors y a-t-il, comme l’affirme Danone, assez d’eau pour tout le monde ? Non, répondent la plupart des agriculteurs. En 13 ans d'activité, Jessica par exemple n'avait jamais eu aussi peu d'eau pour ses brebis. "Notre inquiétude, si le forage a lieu, s'il est exploité, c'est de savoir s'il y aura toujours de l'eau qui coulera dans le ruisseau. Aujourd'hui, c'est un bien précieux, donc ça parait aberrant qu'on laisse un industriel prélever encore un peu plus d'eau", déplore-t-elle.

Des éleveurs et habitants se sont regroupés au sein d'un collectif qui assure ne pas être à l'origine de la menace de mort contre le maire. Ils seront reçus par l'élu lors du prochain conseil municipal avec l'objectif d'apaiser les tensions. 


TF1 | Reportage Noé Gandillot, Loïc Gorgibus

Tout
TF1 Info