Sauvée par le sacrifice du gendarme Arnaud Beltrame lors de l'attaque meurtrière du Super U de Trèbes en 2018, Julie, caissière prise en otage, n'a jamais pris la parole publiquement.
Elle a accepté de se confier le 4 janvier, face aux caméras du 20H de TF1.
Le procès de 7 proches de l'assaillant, Radouane Lakdim, commence ce 22 janvier.

"C’était un homme d’exception. Ce n’est pas juste que l’on perde une personne comme lui". Plus de cinq ans et demi après l’attentat de Trèbes (Aude), Julie, caissière prise en otage, reste bouleversée par le sacrifice d’Arnaud Beltrame, comme elle le confie auprès de TF1. Pour cette femme, qui n’avait jamais pris la parole publiquement, parler de ce gendarme érigé au rang de héros national est un devoir.

Le 23 mars 2018, cette hôtesse de caisse du Super U de Trèbes est à l’accueil du supermarché quand elle entend crier "Allah Akbar". Elle raconte la suite à TF1 : "J’ai vu quelqu’un qui tirait en l’air. Je me suis tout de suite baissée et iI est rentré dans le bureau. Il a dit 'tiens c’est bon j’ai mon otage, sors de là, je ne te ferai pas de mal'".

Je sentais le canon de son arme trembler sur mon crâne
Julie, caissière du Super U de Trèbes

L’assaillant, Radouane Lakdim, vient d’abattre deux personnes dans le magasin et lui dit vouloir mourir en martyr. Julie devient son bouclier humain, un pistolet sur la tête et un couteau sur la poitrine. "Je sentais le canon de son arme trembler sur mon crâne. Je sentais aussi que dans l’esprit du terroriste, je n’existais plus, je n’étais plus qu’une espèce de pantin. Alors pour exister encore en tant qu’individu, je lui ai dit 'attention tu trembles, ne me tue pas sans avoir fait exprès'". À ce moment-là, Julie n’a pas de doute : "Je pense vraiment mourir."

C'était un homme d'exception
Julie, caissière du Super U de Trèbes

C’est alors que le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, 44 ans, le plus haut gradé sur place, pénètre dans le magasin. "L’équipe d’intervention était à ma droite et j’ai entendu une voix sur ma gauche, un homme qui a dit bien fort 'vos gueules, reculez, je prends'", raconte Julie. Un échange entre le terroriste et ce gendarme s’ensuit. "J’entends que le gendarme choisit bien ses mots en répétant de diverses manières : 'Prends moi à la place de la petite dame qui n’y est pour rien, moi je représente l’État, on va discuter'". Arnaud Beltrame, qui vient donc de se proposer comme otage en échange de la libération de Julie, pose son arme et avance en direction de l’hôtesse de caisse. Elle ne le reverra plus jamais. 

Julie est bouleversée par ce drame. Elle ne se remet pas de ce geste héroïque. Sa vie d’avant vole en éclat, jusqu’à une rencontre avec Marielle Beltrame, l’épouse d’Arnaud, qui l’aide à remonter la pente. "Elle m’a tendue la main la première en m’écrivant une très gentille et jolie lettre. Cela m’a aidé à avancer et à soigner un peu ma culpabilité", témoigne-t-elle. Le 10 janvier, Julie publiera son livre Sa vie pour la mienne, aux éditons Artège, à quelques jours du procès des attentats de Trèbes et Carcassonne. 

Le premier se tient devant la cour d'assises spéciale de Paris du 22 janvier au 23 février. Sept proches de Radouane Lakdim – six hommes et une femme âgés de 24 à 35 ans comparaissant pour la plupart libres sous contrôle judiciaire – ne sera jugé pour complicité des crimes commis. Ils comparaîtront surtout pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", punie d'un maximum de 30 ans de réclusion criminelle. 


JC | TF1 - Interview Alexandra Guillet et Esther Lefebvre

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info