À Brignoles (Var), près de Marseille, une initiative pour le moins radicale a été lancée par les habitants d'un quartier de la ville.
Lassés par les cambriolages à répétition dans la commune, ils ont décidé de faire eux-mêmes des rondes, pour surveiller les maisons.
Le 20H de TF1 les a rencontrés.

Chaque soir à Brignoles, dans le Var, depuis quatorze jours, c’est le même rituel pour une vingtaine d’habitants du quartier du Pin. "On divise les équipes dans différents endroits du quartier." Parmi eux, Romain et Julien prennent leur poste dans un champ. Tapis sur un muret, jumelles thermiques à la main, ils guettent le moindre mouvement. "On attend la tombée de la nuit parce qu’on sait que les cambriolages ont lieu à partir de 18h, rapporte Romain. Si on repère quelque chose, on appelle la gendarmerie ou la police municipale."

Une surveillance extrême pour ce quartier cambriolé une dizaine de fois en moins d’un mois. Un peu plus loin, c’est à bord d’une voiture qu’un autre groupe patrouille, à l'affût de toute lumière suspecte. "Il y a beaucoup de champs à l'extérieur des maisons, et des passages faciles pour rejoindre les maisons par les champs. C’est un gruyère, parce qu’on peut arriver au centre du quartier par n’importe quelle extrémité", explique Delphine Gayte, au volant de la voiture du groupe. 

"Ils ont tout pris, tout cassé"

Il s'agit surtout d'une aubaine pour des cambrioleurs téméraires. Exemple avec les images de surveillance d’une habitation, visibles dans le reportage de TF1 en tête de cet article : surpris par la caméra, lampe torche à la main, visage découvert, un individu entré par effraction rebrousse chemin. 

Durant la nuit de Noël, la maison juste en face a été à son tour visitée. "Quand on est rentrés, on a vu que la porte-fenêtre était entrouverte", raconte Océane Clerc, victime d’un cambriolage à Brignoles. Aucune pièce n’est épargnée, tous les tiroirs vidés, le mobilier retourné, à la recherche du moindre objet de valeur. "Ils ont tout pris, tout cassé, surtout le soir de Noël, en prenant pas mal de cadeaux des enfants. J'ai perdu pied total, j'ai pleuré et crié", retrace la mère de famille. 

Le maire de la ville, Didier Brémond, est quant à lui opposé à ces rondes organisées par certains habitants. "Je comprends la colère. J'ai fait ce qu'il fallait avec la police municipale. On a mis des équipes en place, mais les rondes ne sont pas la solution. Surtout que quand on fait des rondes, il faut faire attention, parce que souvent ça peut déraper, et ce n'est pas le but", assure l'édile. 

En France, la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur fait partie des territoires les plus frappés par les cambriolages : en 2022, 23.400 y ont été enregistrées.


La rédaction de TF1info | Reportage : Emmanuelle Binet, Philippe Fontalba

Tout
TF1 Info