Le 20h

Jean-Marc Morandini : l'animateur condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs

TF1info | Reportage : Ignacio Bornacin, Alexis Dubail
Publié le 5 décembre 2022 à 23h17
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Jean-Marc Morandini a été condamné à un an de prison avec sursis.
L'animateur a été reconnu coupable de corruption de mineurs.
Il était poursuivi pour des faits commis sur trois adolescents entre 2009 et 2016.

Jean-Marc Morandini avait plaidé la maladresse et l'humour, lors de son audition le 24 octobre dernier. Insuffisant pour les juges. L'animateur de télévision écope d'une peine d'un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs. "Le tribunal a considéré que dans les trois cas qui lui étaient soumis, il ne pouvait pas ignorer la minorité" des victimes, a estimé Me Francis Szpiner, avocat de l'association "La Voix de l'Enfant", à l'issue de l'audience. "Et je me réjouis que le tribunal ait ordonné une obligation de soins, et l'ait inscrit au fichier des délinquants sexuels", souligne l'avocat dans le reportage du 20h de TF1 en tête de cet article.

Obligation de soins

En prononçant cette peine, assortie d'un sursis probatoire de deux ans, le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public à l'encontre de cette figure médiatique, aujourd'hui présentateur d'une émission quotidienne sur CNews. La cour y a ajouté une obligation de soins, ainsi qu'une inscription au fichier des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (Fijais). 

Le tribunal a fait un peu fi de toutes les explications que nous avions données

Maître Corinne Dreyfus-Schmidt

Absent à l'énoncé du jugement, mais en direct à l'antenne le matin même, Jean-Marc Morandini, 57 ans, avait comparu fin octobre pour une série de messages envoyés à deux jeunes de 15 ans, en 2013 et en 2015-2016, qui consistaient, pour l'un, à évoquer des scénarios sexuels et, pour le second, à lui demander d'envoyer une photo de son sexe. Il lui était également reproché d'avoir, en 2009, demandé à un adolescent de 16 ans de se dénuder et de se masturber, lors d'une audition à son domicile- des faits que l'animateur conteste. 

Ses avocats dénoncent un jugement trop sévère. Pour Me Corinne Dreyfus-Schmidt, "le tribunal a fait un peu fi de toutes les explications que nous avions données, notamment le fait qu'une des parties ait déclaré que monsieur Morandini ignorait sa minorité"

Lire aussi

"Malgré le temps écoulé, aucune remise en question n'(a) été amorcée" par Monsieur Morandini sur ces "passages à l'acte transgressifs", a estimé la présidente du tribunal correctionnel en rendant son verdict. La magistrate a néanmoins souligné qu'il "ne ressort ni du dossier, ni des débats, que l'on puisse qualifier M. Morandini de prédateur ou de pédophile". L'animateur compte faire appel de cette décision, selon ses avocats, qui considèrent que le jugement est "incompréhensible"


TF1info | Reportage : Ignacio Bornacin, Alexis Dubail

Tout
TF1 Info