Ils menaient la vie de château et revendaient les biens : le couple de "squatteurs de luxe" condamné

par La rédaction de TF1info | Reportage Antoine Bourdarias, Corinne Chevreton
Publié le 1 mars 2024 à 11h36

Source : JT 20h Semaine

Ils sont surnommés les "Bonnie & Clyde" de l’escroquerie.
Un couple, qui squattait des manoirs et des demeures de luxe pendant plusieurs années, a été interpellé il y a quelques semaines.
Ils ont été condamnés jeudi.

C’était la dernière cible des "squatteurs de luxe" : le château de Sauvage à Émancé, dans les Yvelines et son parc à l’anglaise de 40 hectares. En mars 2023, un couple propose onze millions d’euros pour acquérir le domaine. L’acheteur se présente comme un chef d’entreprise venu d’Angleterre, convainc la propriétaire de lui donner les clés avant d’avoir signé l’acte d’achat.

"Il avait un culot monstre"

L’élagueur de la propriété se souvient d’un homme très persuasif. "On n’a pas trop fait attention", reconnait Bruno de Creuse, dans le reportage de TF1 en tête de cet article. "Il avait un culot monstre. Et il a plumé tout le monde".

Après plusieurs mois d’entourloupe, la propriétaire réalise que le couple n’a jamais eu l’intention d’acheter le château. Le pire, c’est que pendant qu’ils squattaient les lieux, ils ont vendu des meubles d'exception qui se trouvaient dans la demeure pour un total de 500.000 euros. Un an plus tard, la maire de la commune n’en revient toujours pas : "On a tout un patrimoine historique construit sur notre commune. Et de savoir qu’il y a peut-être des effets personnels ou tout simplement des lieux qui ont été saccagés, ça ne peut qu’attrister les gens", se désole Stéphanie Briolant (DVD).

Michaël B., 47 ans, déjà condamné à plusieurs reprises pour escroquerie, et Céline L., 41 ans, n’en étaient pas à leur coup d'essai. Une affaire de travail dissimulée en 2014 à Valenciennes. Une maison occupée illégalement en 2022 à Montfort-l'Amaury. Et une autre demeure squattée sur l'île d’Oléron cette fois, où le couple a été interpellé le mois dernier.

Michael B. a écopé jeudi de quatre ans de prison, dont deux avec sursis, et Céline L. de 18 mois, dont un an avec sursis. Le tribunal a également condamné les prévenus à des obligations de travail et d'indemnisation, assorties à une interdiction de séjour dans les Yvelines. 

 


La rédaction de TF1info | Reportage Antoine Bourdarias, Corinne Chevreton

Tout
TF1 Info