Nombre, profil des auteurs, sanctions... Ce qu'il faut savoir sur les refus d'obtempérer

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : G. Brenier, J. Quancard, T. Chatel
Publié le 17 avril 2024 à 10h28

Source : JT 20h Semaine

Plus de 23.000 refus d'obtempérer ont été enregistrés en France en 2023, soit 63 par jour.
Des faits dont la gravité et la violence ne font que croître.
Le 20H de TF1 revient en détails sur ce type de délits routiers.

Ils sont devenus une crainte quotidienne pour les policiers et les gendarmes. En France, on compte un refus d'obtempérer toutes les 40 minutes, d'après les forces de l'ordre. 

Entre 2016 et 2021, le nombre de ces délits routiers a grimpé de 12%, avec un chiffre record de plus de 27.000 infractions cette année-là, même si leur nombre a légèrement baissé en 2022 et 2023. 

Les mises en cause sont des hommes dans plus de neuf cas sur dix, dont la plupart ont moins de 30 ans.

Les conduites à risques, qui peuvent tuer ou blesser grièvement, sont en hausse, d'après le gouvernement. Dans une affaire sur dix, policiers et gendarmes sont directement pris pour cible, notamment par des personnes non connues jusqu'alors de la justice, comme l’explique Loïc Hervé, Sénateur (UC) de Haute-Savoie et auteur d’un rapport sur le sujet : "Aujourd'hui, y compris des bons pères de famille ou des honnêtes citoyens, vont refuser de se soumettre à un contrôle. Les motivations sont parfois curieuses", dit-il. 

Quelles sont les sanctions encourues ? Elles vont de 1 à 5 ans de prison maximum, 75.000 euros d'amendes ainsi que le retrait du permis de conduire.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : G. Brenier, J. Quancard, T. Chatel

Tout
TF1 Info