Chaque jour, près de 600 bateaux empruntent le détroit du Pas-de-Calais.
Parmi elles, des embarcations de migrants faisant route vers l'Angleterre. Comment ces traversées sont-elles suivies par les autorités françaises ?
Une équipe de TF1 a embarqué avec la Marine nationale pour comprendre son fonctionnement.

Après deux heures de traversée, dans le détroit du Pas-de-Calais - l'un des plus empruntés au monde - la Marine nationale détecte une embarcation de fortune faisant route vers l'Angleterre. Les militaires se tiennent à bonne distance pour éviter de faire chavirer le semi-rigide transportant plus de 70 exilés. Ici, c'est le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage maritimes (CROSS) de Gris-Nez qui coordonne les opérations de recherche et de sauvetage. 

Escorter l'embarcation de l'autre côté de la Manche

Cette fois, les migrants n'ont pas demandé d'assistance particulière. Ils ne seront pas interceptés par la Marine nationale, mais plutôt escortés de l'autre côté de la Manche. "Quand on a autant de personnes sur une si petite embarcation, on va s'assurer surtout qu'elle puisse naviguer et poursuivre sa route", explique la porte-parole du préfet maritime de la Manche et mer du Nord Véronique Magnin. 

"Si c'était un plaisancier, avec ce même genre de bateau, on l'intercepterait aussitôt, mais là, on se l'interdit car il y a trop de risques pour les différentes personnes", poursuit la capitaine de corvette. Des femmes et des enfants se tiennent en effet à cheval sur les flotteurs. La plupart d'entre eux ne savent pas nager et certains sont dépourvus de gilet de sauvetage. 

600 bateaux empruntent chaque jour le détroit du Pas-de-Calais

La mission de la Marine nationale est de veiller sur l'embarcation jusqu'en Angleterre. "Malgré les conditions favorables, il y a toujours des risques. Le risque est d'embarquer de l'eau à bord et donc d'augmenter le poids de l'embarcation, qui peut être amenée à couler", prévient l'adjudant Mickaël, commandant en second. 

Le bateau de fortune mettra neuf heures pour rejoindre les eaux maritimes britanniques. Une période pendant laquelle le Cross Gris-Nez surveillera la trajectoire du semi-rigide entre les 600 bateaux qui empruntent chaque jour le détroit du Pas-de-Calais. 

Le Cross Gris-Nez repère les embarcations grâce aux radars, mais également dans les airs grâce à l'appui de l'hélicoptère Dauphin de la Marine nationale. Un moyen d'action rapide permettant, en cas de naufrage et lorsque les traversées sont importantes, d'être présent sur les zones de recherche en un temps record. 


M.T | Reportage : Zack Ajili, Charles Yzerman

Tout
TF1 Info