VIDÉO - Un an ferme pour vol de vêtements : de lourdes sanctions pour les auteurs de violences

par La rédaction de TF1info | Reportage : Georges Brenier, Frédéric Miara
Publié le 3 juillet 2023 à 22h08, mis à jour le 4 juillet 2023 à 9h49

Source : TF1 Info

Les arrestations se sont multipliées dans toute la France lors des violences urbaines.
Les suspects jugés en comparution immédiate écopent en moyenne de peines plutôt sévères.
TF1 a suivi une journée d'audience au tribunal de Marseille.

C'est un défilé presque ininterrompu de fourgons de police, auquel les caméras de TF1 ont assisté, au tribunal judiciaire de Marseille ce mardi. Une trentaine de suspects, interpellés en marge des récentes émeutes, ont comparu cette seule après-midi.  Des comparutions immédiates qui ont été l'occasion de peines parfois très sévères, comme pour un homme au casier judiciaire vierge, qui a écopé d'un an de prison ferme pour un vol de vêtements.

L'avocat de ce suspect dénonce une peine disproportionnée, dans le reportage du 20H de TF1 ci-dessus. "Si c'était ailleurs, pour le même fait de vol, ce ne serait pas allé jusqu'à un an" de détention, estime Maître Salim Moussa. Il pointe des peines "plus importantes que celles qui ont été requises par le ministère public".

Des peines sévères pour l'exemple ?

"La peine exemplaire, c'est un peu ce qu'on redoute tous, je pense", abonde une autre avocate devant l'entrée du tribunal. "Le contexte, on ne peut pas le nier, mais je sais que la justice fera son œuvre et qu'elle est indépendante", poursuit Maître Laurie Combes, "mais ça vient forcément entacher les faits qu'on peut reprocher à quelqu'un".

Depuis le début des violences urbaines, qui ont suivi la mort du jeune Nahel à Nanterre le 27 juin dernier, un total de 3900 personnes ont été arrêtées dans toute la France. Environ 60% d'entre elles étaient jusqu'à présent totalement inconnues des services de police. 

Au total, 120 personnes dorment ce lundi soir en prison, soit 20% de celles qui ont été présentées à un magistrat. L'immense majorité d'entre elles n'ont mis en avant aucune revendication politique. La justice se dit dépassée par le nombre de mineurs interpellés, qui représentent prêt du tiers du total des arrestations. La plupart d'entre eux seront jugés dans les prochaines semaines.


La rédaction de TF1info | Reportage : Georges Brenier, Frédéric Miara

Tout
TF1 Info