Le dépôt de plainte à distance, en visio, n'est encore qu'un test dans deux départements : les Yvelines et la Sarthe.
Ce système a vocation à se généraliser pour désengorger les commissariats et les gendarmeries.
Mode d'emploi de ce dispositif.

Sur un écran, une victime qui s'est fait dérober le pot d'échappement de sa moto. Devant les écrans, équipé d'un casque, un policier note toutes les informations. Dans ce commissariat de la Sarthe, le dépôt de plainte est ouvert trois matins par semaine, en visioconférence. Au préalable, la victime doit s'enregistrer sur la plateforme internet "Ma sécurité" et réserver un rendez-vous. L'objectif est de faciliter la démarche et de gagner du temps.

Tous types de plaintes

Damien est chauffeur de bus et il profite d'une pause pour porter plainte. Tous types de plaintes sont traités, du vol de vélo au conflit de voisinage, jusqu'aux cas les plus sensibles, comme les violences conjugales. Chaque année, 12.000 plaintes sont enregistrées dans le département. Selon le directeur, le dépôt de plainte à distance devrait désengorger l'accueil dans les commissariats. Ce format peut aussi apporter un "côté apaisant" pour la victime, selon lui.

Ce dispositif est testé pendant trois mois seulement dans la Sarthe. À Terme, tous les commissariats de France devraient recevoir une partie de leurs plaintes par visioconférence.


La rédaction de TF1 | Reportage vidéo : Nicolas Hesse, Xavier Baumel

Tout
TF1 Info