Attentat de Magnanville : l'accusé condamné à la peine maximale, ses avocats vont faire appel "à 99,9%"

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Antoine Bourdarias, Alexandra Guillet, Julie Janus
Publié le 12 octobre 2023 à 14h39

Source : JT 20h Semaine

Sept ans après la mort d'un couple de policiers lors de l'attentat de Magnanville (Yvelines), Mohamed Lamine Aberouz a écopé mercredi soir à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans, pour complicité d'assassinats terroristes.
Les avocats de l'accusé, Me Vincent Brengarth et Me Nino Arnaud, ont annoncé leur intention de faire appel, déplorant que leur client ait été condamné "sur la base d'hypothèses".
La mère de Jessica Schneider, l'une des deux victimes, estime quant à elle que justice a été rendue.

Des dizaines de policiers en civil avaient fait le déplacement pour le verdict. Après deux semaines d'audience, le procès de l'attentat de Magnanville, dans les Yvelines, où un couple de policiers - Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, et Jessica Schneider, 36 ans - avait été assassiné à son domicile le 13 juin 2016, la cour d'assises spéciale de Paris a rendu sa décision mercredi soir. 

Jugé depuis le 25 septembre pour "complicité d'assassinats terroristes sur personne dépositaire de l'autorité publique", "complicité de séquestration de mineur" et "association de malfaiteurs terroristes", Mohamed Lamine Aberouz, seul accusé, a été reconnu coupable de tous les chefs d'inculpation et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans, conformément aux réquisitions des avocates générales. 

J'avais confiance en la justice, elle a été rendue
Josiane Schneider, la mère de Jessica, l'une des deux victimes

"On est très ému, parce que ça y est, la culpabilité a été démontrée", a réagi Jean-Christophe Couvy, secrétaire national du Syndicat unité SGP Police FSMI-FO, faisant part du soulagement des forces de l'ordre. Josiane Schneider, la mère de Jessica, s'est elle aussi dite satisfaite : "J'avais confiance en la justice, elle a été rendue. Je prends conscience que c'est une peine très dure, très lourde, mais à la hauteur de ce qui passé, à la hauteur du drame, à la hauteur de la souffrance."

À l'annonce du verdict, accueilli dans un grand silence, l'accusé s'est effondré sur son banc avant d'être réconforté par ses avocats, Me Vincent Brengarth et Me Nino Arnaud, qui ont confié à l'AFP qu'il ferait certainement appel, "à 99,9%". Ami d'enfance du tueur, Larossi Abballa, abattu la nuit des faits lors de l'assaut du RAID pour libérer l'enfant du couple retenu en otage, Mohamed Lamine Aberouz, dont l'ADN a été retrouvé sur l'ordinateur des victimes, a soutenu durant le procès qu'il n'était pas présent sur la scène du crime le soir de l'attentat. 

"Aujourd'hui, la justice a condamné un homme qui a redit son innocence, qui est innocent, qui n'était pas sur les lieux", a affirmé Me Brengarth, dénonçant une inversion de la charge de la preuve. "On ne doit pas condamner sur la base d'hypothèses." 


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Antoine Bourdarias, Alexandra Guillet, Julie Janus

Tout
TF1 Info